NOUVELLES
15/01/2014 01:10 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

Au Soudan du Sud, l'ONU a retenu les leçons du Rwanda (responsable ONU)

La manière dont l'ONU protège les civils réfugiés dans ses bases au Soudan du sud montre qu'elle a en partie retenu les leçons du génocide rwandais, a estimé mercredi un haut responsable de l'ONU.

"Malgré le bilan tragique du conflit (au Soudan du Sud), des milliers de civils sont en vie aujourd'hui parce qu'ils ont trouvé refuge dans les installations des Nations unies et qu'ils ont été protégés et aidés", a déclaré le secrétaire général adjoint Jan Eliasson. Celui-ci s'exprimait lors d'un débat à l'ONU à l'occasion du vingtième anniversaire du génocide au Rwanda.

Depuis le début des combats au Soudan du Sud à la mi-décembre, près de 65.000 civils sud-soudanais ont trouvé asile et assistance dans les différents camps de l'ONU, notamment à Juba, Bor (Etat de Jonglei, est), Bentiu (Etat d'Unité) et Malakal (Haut-nil, nord-est).

"Les conditions (dans ces camps) sont difficiles et la situation reste précaire", a reconnu M. Eliasson. "Mais pour le moment, ces gens sont généralement en sécurité".

Plusieurs dizaines de réfugiés d'un camp de l'ONU installé à Malakal ont été blessés par les combats qui faisaient rage à proximité, a annoncé l'ONU mardi.

Plus généralement, M. Eliasson a reconnu que "les leçons que nous avons apprises depuis des années n'ont pas toujours été suivies d'action". "Pour ne parler que des dernières semaines, des femmes et des enfants ont été massacrés, non seulement au Soudan du Sud, mais aussi en République centrafricaine et dans la situation cauchemardesque qui prévaut en Syrie".

M. Eliasson a appelé à "ne jamais oublier que nous avons collectivement échoué à prévenir le génocide rwandais".

Selon l'ONU, environ 800.000 personnes, essentiellement membres de la communauté tutsi, ont péri dans le génocide perpétré par des extrémistes hutu, en trois mois, d'avril à juin 1994.

avz/bdx

PLUS:hp