NOUVELLES
14/01/2014 10:43 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Une obstétricienne chinoise condamnée à la peine de mort pour trafic de bébés

PÉKIN, Chine - Un tribunal chinois a condamné mardi une femme médecin à la peine de mort avec un sursis de deux ans, après que celle-ci eut admis avoir volé des bébés dans l'hôpital où elle travaillait et les avoir vendus à des trafiquants.

Zhang Shuxia, une obstétricienne, disait aux nouveaux parents que leur bébé avait des problèmes congénitaux et les persuadait de donner leur enfant aux autorités, selon la Cour intermédiaire populaire de Weinan, dans la province du Shaanxi.

En Chine, les condamnations à mort sont habituellement commuées en peines de prison à vie après deux ans.

Le dossier a exposé un réseau de trafic d'enfants qui sévissait dans plusieurs provinces chinoises et dont Mme Zhang était le maillon central. D'après les documents judiciaires publiés sur Internet, elle vendait les bébés à des trafiquants, qui les revendaient ensuite plus cher.

Lors d'un cas survenu en juillet, l'obstétricienne a empoché 21 600 yuans (environ 3600 $ US) après avoir remis un petit garçon à un trafiquant, qui l'a revendu pour 59 800 yuans (9900 $ US) à un couple de la province du Henan, dans le centre de la Chine.

Au total, Mme Zhang a vendu sept bébés à des intermédiaires, qui les ont revendus dans le centre et l'est de la Chine entre novembre 2011 et juillet 2013, d'après la cour. Six des bébés ont été rendus à leurs parents biologiques ou récupérés par la police, mais un enfant vendu volontairement par ses parents pour 1000 yuans (165 $ US) en avril est mort par la suite.

Mme Zhang travaillait dans le comté de Fuping, dans la province du Shaanxi, dans le nord-ouest du pays.

Le trafic d'enfants est un grand problème en Chine, malgré des conséquences sévères, dont la peine de mort. Les familles qui achètent des enfants sont en partie motivées par la préférence traditionnelle envers les héritiers de sexe masculin, la politique de l'enfant unique et la méconnaissance de la loi.

PLUS:pc