NOUVELLES
14/01/2014 05:55 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Turquie: Erdogan se dit prêt à retirer sous conditions sa réforme controversée de la justice

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s'est déclaré mardi disposé à retirer sous conditions son projet de loi très controversé visant à renforcer le contrôle politique des magistrats, en plein scandale de corruption visant son gouvernement.

"Si l'opposition accepte des changements constitutionnels sur cette question, alors nous abandonnerons notre proposition", a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement (AKP), au lendemain d'un entretien avec le chef de l'Etat Abdullah Gül sur cette question.

Présenté vendredi devant une commission parlementaire du Parlement, cette proposition de loi vise notamment à réformer le Haut-conseil des juges et magistrats (HSKY) pour donner la dernière main au ministre de la Justice en matière de nominations de magistrats.

Ce texte a provoqué l'ire de l'opposition, du barreau turc et de nombreux magistrats, qui le jugent contraire à la Constitution et exclusivement destiné à étouffer l'enquête anticorruption qui menace le régime.

Lors de sa harangue hebdomadaire devait les députés de l'AKP mardi, M. Erdogan a une nouvelle fois qualifié l'enquête de la justice de "sale montage" et "tentative de lynchage fomentée de l'intérieur et de l'extérieur contre notre pays".

Depuis le début du scandale qui a vu l'inculpation des dizaines d'hommes d'affaires, patrons et élus proches du régime, le Premier ministre accuse le mouvement du prédicateur musulman Fethullah Gülen, très influent dans la police et la justice, de manipuler l'enquête judiciaire en cours pour l'affaiblir à quelques mois des élections municipales de mars et présidentielle d'août prochains.

fo-pa/ros

PLUS:hp