NOUVELLES
14/01/2014 05:14 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Remplacement des DOT-111 : trop long, déplore la mairesse de Lac-Mégantic

Un texte de Geneviève Proulx

La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, demande au gouvernement fédéral de fixer un échéancier pour remplacer les vieux wagons DOT-111 comme ceux impliqués dans le déraillement meurtrier du 6 juillet. L'industrie ferroviaire dit que cela pourrait prendre dix ans avant de tous les remplacer.

Le fédéral propose des normes plus sévères pour la construction des nouveaux wagons DOT-111. Selon la proposition du gouvernement Harper, les nouveaux wagons devront être construits en acier plus épais. Ils devront être munis de dispositifs de protection des raccords supérieurs ainsi que de boucliers protecteurs.

Sur 335 000 wagons-citernes en Amérique du Nord, 228 000 sont de type DOT-111. Seulement 14 000 d'entre eux répondent aux nouvelles normes. Pour modifier ou remplacer le reste du parc, il faudra une dizaine d'années, estime l'industrie. Et il faudra aussi beaucoup d'argent, soit 1 milliard de dollars.

« Pour les citoyens, pour les municipalités, pour le Québec, cette période de dix ans est beaucoup trop longue. La sécurité des personnes est plus importante que les profits des entreprises ferroviaires », soutient-elle.

Visite au Congrès américain

Une coalition transfrontalière en matière de sécurité routière a vu le jour quelque temps après la tragédie de Lac-Mégantic. Des maires du Nouveau-Brunswick et des États du Maine, du Vermont et de l'Illinois étaient venus porter leurs revendications afin d'obtenir un plus grand contrôle sur le transport ferroviaire, il y a quelques semaines.

En mars, ce sera au tour des maires québécois de se rendre aux États-Unis. Mme Roy-Laroche ira témoigner devant le Congrès américain sur la question de la sécurité ferroviaire. On veut rappeler que la sécurité ferroviaire n'est pas uniquement une affaire des gouvernements provincial et fédéral, mais aussi du gouvernement américain.

PLUS:rc