NOUVELLES
14/01/2014 11:32 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Nouvelles révélations sur l'exploitation de prisonniers en RDA

La RDA exploitait ses prisonniers, les forçant à donner leur sang pour le revendre en Occident ou les faisant travailler pour des firmes de l'Ouest, a affirmé un magazine télévisé mardi.

Selon "Report Mainz", magazine de la première chaîne de télévision publique allemande ARD, qui doit être diffusé mardi soir, la RDA, au bord de la faillite, contraignait au milieu des années 1980 certains de ses détenus à donner leur sang afin de le revendre à l'Ouest pour se procurer des devises.

Se fondant sur des rapports de la Stasi, la police politique de la République democratique allemande, "Report Mainz" affirme ainsi que la Croix-Rouge bavaroise achetait ce sang par l'intermédiaire d'une entreprise suisse.

Interrogée par l'ARD, la Croix-Rouge bavaroise a reconnu avoir acheté du sang provenant de RDA dans les années 1980.

L'ancien vice-directeur de l'institut d'Erfurt (sud de l'ex-RDA), chargé des transfusions et des dons de sang, Rudolf Uhlig, a de son côté déclaré à l'ARD : "Nous avons prélevé du sang, de façon irrégulière. Cela valait particulièrement la peine d'aller dans la prison (de Gräfentonna) car, à chaque fois, nous avions 60 à 70 donneurs de sang".

Selon des rapports de la Stasi, les prisonniers n'étaient pas volontaires et des infirmières ont même parfois refusé de prélever leur sang pour cette raison.

"C'était dans la logique du système", estime l'historien Tobias Wunschik, qui a étudié ses rapports, "d'exploiter non seulement la force de travail des prisonniers, mais aussi leur corps en prenant leur sang et en le revendant à l'Ouest".

D'après "Report Mainz", le constructeur automobile allemand Volkswagen et la chaîne de magasins discount Aldi ont eu des fournisseurs qui faisaient travailler des détenus en RDA dans les années 1970 et 1980.

En novembre 2012, le géant suédois du meuble, Ikea, avait déjà regretté que certains de ses fournisseurs aient fait travailler des prisonniers politiques en RDA, en présentant une enquête qu'il avait sollicitée.

"Les recherches ont montré qu'Ikea n'était que la partie émergée de l'iceberg", a déclaré le responsable gouvernemental des archives de la Stasi, Roland Jahn, dans un entretien à "Report Mainz".

Volkswagen et Aldi ont déclaré à "Report Mainz" ne pas avoir su ou approuvé l'emploi de détenus en RDA par leurs fournisseurs.

clp/aro/sym

PLUS:hp