NOUVELLES
14/01/2014 03:12 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

Charte des valeurs : Coderre pourrait recourir aux tribunaux

Le maire de Montréal, Denis Coderre, demande à Québec de ne pas se mêler des règles d'embauche à la Ville. Le maire dénonçait à nouveau, mardi matin, le projet de charte des valeurs du gouvernement Marois, actuellement à l'étude en commission parlementaire.

Il laisse également la porte ouverte à une contestation judiciaire de la Ville. En campagne électorale l'automne dernier, il s'était engagé à recourir aux tribunaux si nécessaire pour ne pas que la Ville soit tenue d'appliquer la charte québécoise des valeurs. Trois mois plus tard, il maintient son opinion : « Toutes les options sont là, je l'ai dit très clairement pendant le débat, notamment à Radio-Canada. »

Pour l'instant, le maire compte cependant participer à la commission parlementaire tout en prévenant Québec qu'il ne se laissera pas dicter qui peut travailler à la Ville.

« Premièrement, c'est pas au gouvernement du Québec à choisir mes employés, deuxièmement, je vous ai dit que je définissais notre magnifique ville par sa diversité, qu'intégration veut pas dire uniformité », dit M. Coderre.

Le maire laisse entendre qu'il refuserait par exemple de suspendre ou de congédier des employés qui, en portant le voile, contreviendraient à l'éventuelle charte des valeurs :

« Savez-vous combien de plaintes il y a eu à la Ville de Montréal depuis le début sur ce dossier-là? Parce qu'il y avait une crise à entendre parler le ministre. Il n'y en a pas eu pantoute. Il n'y en a pas, de crise. On est tous d'accord avec les accommodements raisonnables. Tout le monde est d'accord que ça doit être à visage découvert », dit-il.

Denis Coderre dit souhaiter que la commission parlementaire ne soit pas une stratégie électorale du gouvernement Marois. Il dit respecter les Montréalais favorables à la charte, mais ajoute qu'une charte doit aussi protéger les minorités

D'après le reportage de Benoît Chapdelaine.

PLUS:rc