NOUVELLES
14/01/2014 05:28 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Canada: plus d'abonnements sur du contenu en ligne, moins de télévision (étude)

Les Canadiens vont se tourner davantage vers des abonnements en ligne et se désintéresser un peu plus de la télévision traditionnelle cette année, illustration d'une évolution plus vaste sur leur consommation des médias, selon une étude du cabinet Deloitte publiée mardi.

Plus de 2,5 millions de ménages canadiens auront d'ici la fin de l'année un abonnement à la fois à un service de vidéo à la demande, comme Netflix par exemple, et un abonnement au service de télévision traditionnel par câble, selon cette étude de marché.

Si cette prévision devait se confirmer, ce chiffre aurait plus que doublé par rapport à 2012, a estimé le cabinet.

"Comme de plus en plus de détenteurs de contenus, d'agrégateurs et de plateformes (...) mettent leur contenus accessibles en ligne par un abonnement, le nombre de ménages canadiens avec des abonnements multiples va augmenter", a indiqué Duncan Stewart, directeur du département télécommunications et médias du cabinet de consulting.

Afin de capter une plus grande part du marché canadien, les groupes de médias et de télécommunications se dotent d'applications mobiles afin de permettre aux consommateurs de se connecter en mobilité.

Mais après l'explosion des ventes d'appareils mobiles ces dernières années, "les ventes de smartphones, tablettes, console de jeux, télévisions et ordinateurs vont stagner en 2014", a estimé Deloitte dans son étude.

Le marché du smartphone sera soutenu par les ventes auprès des plus de 65 ans et "la différence entre les générations de l'utilisation du smartphone continue de se réduire et pourrait être gommée d'ici 2018". Cependant, une chose ne devrait pas changer, la part des plus de 65 ans qui n'ont jamais téléchargé une application sur leur appareil mobile devrait rester à 30%.

Les "phablettes", des appareils à mi-chemin entre un téléphone et une tablette, sont un vecteur important pour l'équipement des seniors grâce à des tailles d'écran plus grandes qu'un simple smartphone, a noté Deloitte.

mbr/sab/bdx

PLUS:hp