NOUVELLES
14/01/2014 09:44 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Avec «Les Beaux malaises», l'humoriste Martin Matte en prend pour son rhume

MONTRÉAL - Bien que ce soit Martin Matte lui-même qui ait conçu et écrit la nouvelle série «Les Beaux Malaises», assisté de François Avard, et malgré qu'il se soit donné le rôle principal, on peut dire qu'il ne s'est pas épargné. Des malaises, il en vivra de toutes sortes au point où les téléspectateurs les ressentiront jusque dans leur salon.

À partir d'une série de situations souvent banales qui surviennent dans une vie de famille tout à fait normale, le premier épisode nous montre Martin, sollicité par sa conjointe, Julie (Julie LeBreton), qui voudrait suivre une thérapie de couple, histoire de le rendre plus harmonieux. Martin n'est pas chaud à l'idée mais cède. Dès le premier rendez-vous, les interventions du psychologue (Alexis Martin), de plus en plus indiscrètes, ont pour effet d'exaspérer Martin. Est-ce que Julie sera parvenue à ses fins?

Son entourage se compose d'Émilie Bierre (sa fille), de Charles William Ross (son fils), de Patrice Robitaille (son meilleur ami), de Martin Périzollo (son ami «rejet») et de Michèle Deslauriers (sa mère). Et des situations embarrassantes, il y en aura pour dix semaines débutant le mercredi 22 janvier, 21h, à TVA.

La face cachée des cirques

De plus en plus, les scientifiques décodent le comportement des éléphants et admettent qu'il est exact que les gros pachydermes possèdent une mémoire phénoménale et une intelligence remarquable. Mais, depuis longtemps, on leur fait la vie dure, que ce soit pour s'emparer de leurs défenses ou pour les expatrier dans les cirques et les zoos.

«Au nom des éléphants» est un documentaire difficile à supporter. On nous montre comment, pour les amener à faire toutes sortes de pitreries dans les cirques, on les dompte. En fait, on les martyrise. Pour avoir la maîtrise de ces bêtes, on utilise des cordes, des doubles crochets de métal, des aiguillons électriques et on les pique près de l'oreille ou au-dessus de l'œil ou au bord de l'anus jusqu'à ce que l'animal comprenne ce qu'il doit faire. Il est arrivé dans certains cas que l'animal ait réussi à se venger en piétinant son dompteur. Et le documentaire démontre que les enfants n'aiment pas qu'on fasse du mal aux animaux.

Tenir les éléphants enchaînés dans des espaces restreints durant des années leur cause un tort énorme. On dit aussi que le braconnage détruit 38 000 éléphants chaque année et qu'à ce rythme, dans dix ans, ils auront disparu de la face de la Terre. À Canal D, ce dimanche, 21h, avec mise en garde pour les amoureux des animaux.

Direction: Fort Boyard

D'abord, ce dimanche, 21h30, à TVA, à «Destination Fort Boyard», Dave Morissette et Guillaume Lemay-Thivierge, les animateurs de la nouvelle cuvée de «Fort Boyard» présentent les 24 participants qui auront le courage d'affronter de nouveaux défis imaginés pour éprouver les braves. Et le mercredi 22 janvier, à 20h, on passe à l'action avec Jean-Michel Anctil et Édith Cochrane, les premiers à se lancer dans l'aventure en compagnie de Jean-Philippe et Marie-Pier, un couple d'agriculteurs. Parmi les personnalités qui tenteront leur chance dans les prochaines semaines, il y aura Sébastien Benoît, Jean Pascal, Marie-Chantal Toupin, Guy Jodoin et bien d'autres.

Etta James, celle qui a popularisé la chanson «At Last», a connu de grands succès dans sa carrière. Décédée le 20 janvier 2012, sa mort a provoqué beaucoup de remous au sein de sa famille. Il faut dire qu'elle fut adepte de l'héroïne toute sa vie d'adulte, l'obligeant à subir des cures de désintoxication à quelques reprises. À 73 ans, atteinte de problèmes rénaux, d'hépatite, de démence et de leucémie, elle n'était plus en mesure de prendre des décisions éclairées. Son mari et ses deux fils, Donto et Sametto, étaient en désaccord quant aux soins à lui administrer, différend qui a engendré de sérieux conflits. À «Testament: les héritiers divisés», le vendredi 24 janvier, 19h, à Canal D.

Leurs enfants ont 5-6 ans et pour qu'ils aient accès à une éducation et à une vie libre, les parents tibétains doivent se séparer d'eux. Les petits sont confiés à des passeurs qui les emmènent du Tibet jusqu'en Inde, ce qui exige un mois de marche dans les montagnes enneigées. Souffrant du froid, de la fatigue et de la peine de quitter leurs parents, les petits arrivent à l'école de Mussori où on se charge de les instruire dans leur langue et leur culture. Mais l'un des enseignants craint que ce ne soit pas suffisant pour maintenir vivante cette nation constamment harcelée et oppressée par les Chinois. «Horizons: orphelins du Tibet», le jeudi 23 janvier, 20h, à TV5.

À RADIO-CANADA: Joël Legendre, qui nous a surpris avec, entre autres, sa stupéfiante imitation de Denise Filiatrault au «Bye Bye 2013», nous fera part de ses chansons-fétiches à «En direct de l'univers…» ce samedi, 19h. Louise Forestier et Catherine Major, deux générations de chanteuses, forment un duo «Pour un soir seulement», ce dimanche, 22h40. Quand, Louis Morissette, affecté à plusieurs projets, a-t-il trouvé le temps de «mourir» pour «Prière de ne pas envoyer de fleurs», le jeudi 23 janvier, 20h?

À TÉLÉ-QUÉBEC: De toutes les questions embarrassantes concernant l'attitude de ceux et celles qui détiennent la richesse face aux inégalités sociales, Jean Coutu, le fondateur de la chaîne de pharmacies, donne son point de vue sur, entre autres, l'apport des fondations privées pour la société. Sont-elles des outils efficaces contre les inégalités ou une façon de contourner les impôts? À «Questions de société / Les Grands Moyens (3e partie)», le lundi 20 janvier, 21h.

À ARTV: Le comédien, scénariste et réalisateur Marcel Sabourin a participé à un nombre impressionnant d'émissions et de films depuis 1963. À tout cet accomplissement s'ajoute un talent de compositeur. Effectivement, on doit au «professeur Mandibule de La Ribouldingue» la chanson «Tout écartillé», et bien d'autres, qui ont valu de belles années à Robert Charlebois. On rencontre ce touche-à-tout de l'art à «Lumière sur…», le mercredi 22 janvier, 21h.

TV5: «La Différence», c'est celle que vit Christophe, 26 ans, privé d'une vie normale à cause de son poids. Son cousin, le réalisateur David Béland, a voulu lui consacrer un an dans l'espoir de lui donner l'élan nécessaire pour se construire une nouvelle vie. Dans la famille, on est partagé sur l'issue de ce «coaching»: certains pensent que c'est peine perdue, d'autres croient que la transformation peut s'effectuer, le mardi 21 janvier, 21h.

À SUPER ÉCRAN: Joey Jones (Jason Statham), était soldat d'une unité d'élite, maintenant recherché et menacé par la cour martiale. Iitinérant, alcoolique mais redoutable combattant, il n'hésite pas à éliminer ceux qui nuisent à sa soif de vengeance pour la mort d'Isabel. Et, sur son chemin, il rencontre sœur Cristina (Agata Buzek) qui distribue de la soupe aux nécessiteux, le vendredi 24 janvier, 21h.

PLUS:pc