NOUVELLES
13/01/2014 07:44 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

Un tour cycliste d'hiver bientôt à Montréal

Après le Tour de l'île et le Tour la nuit, un premier tour de vélo d'hiver va se tenir le dimanche 16 février à Montréal. L'événement baptisé « Vélo sous zéro » ,une initiative de Vélo Québec en partenariat avec Environnement Jeunesse, espère attirer au moins 300 cyclistes amateurs. 

Un texte de Thomas Gerbet

L'objectif est de promouvoir, mais aussi de démystifier la pratique du vélo d'hiver.

Quelles que soient les conditions (froid, neige ou verglas), l'événement aura lieu, assure Vélo Québec. La randonnée consistera en une boucle de 15 kilomètres avec comme point de départ et d'arrivée la Maison des cyclistes, sur la rue Rachel Est. Les cyclistes amateurs traverseront les arrondissements de Rosemont-La-Petite-Patrie et le Plateau-Mont-Royal, ceux qui font le plus d'efforts pour déneiger les pistes cyclables l'hiver. 

L'événement sera gratuit, mais l'inscription est obligatoire. Elle pourra se faire sur le site de Vélo Québec à partir du 16 janvier. Sur place, des kiosques d'initiation et de mécanique seront proposés aux néophytes. « Le rythme va être mollo, c'est idéal pour une initiation », explique Suzanne Lareau, la PDG de Vélo Québec.

Démysitifier la pratique du vélo hivernal

Pour Suzanne Lareau, le froid n'est pas un argument : « On fait du ski de fond l'hiver, on fait du patin, du jogging, on marche... donc on a tous les vêtements chez soi pour faire du vélo d'hiver, il n'y a aucun problème ». 

Encore des obstacles

« Ça s'améliore d'année en année, mais il manque encore un réseau cohérent », estime Suzanne Lareau, de Vélo Québec. Elle regrette par exemple que « les arrondissements ne se parlent pas entre eux ». Selon elle, la Ville pourrait augmenter la taille du réseau cyclable hivernal à au moins 150 kilomètres, trois fois plus qu'actuellement. 

L'absence de déneigement ou de déglaçage n'est pas le seul obstacle au vélo d'hiver. Les rapports entre les cyclistes et les automobilistes sont parfois tendus.

Par ailleurs, les résidents ne pensent pas toujours au passage des vélos, comme le remarque Mathieu Seguin, pratiquant devenu militant du vélo d'hiver : « Il y a des gens qui habitent à côté et qui déversent la neige dans la piste cyclable. Évidemment, une fois que la Ville est passée, elle ne va pas repasser 10 fois pour faire le déneigement ».

PLUS:rc