NOUVELLES
13/01/2014 08:34 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

Ulster: début d'auditions sur des cas de maltraitance d'enfants placés en institutions

Une commission d'enquête en Irlande du Nord entame lundi ses auditions publiques sur des cas de maltraitance d'enfants au sein d'institutions publiques et religieuses, réputés largement répandus pendant plus de 70 ans.

Cette vaste enquête publique se penche sur l'ampleur des mauvais traitements, psychologiques, physiques, sexuels, infligés dans 13 institutions, orphelinats, foyers pour jeunes délinquants et autres structures pour enfants en difficulté dans cette province britannique entre 1922 et 1995.

Plus de 434 personnes, habitant en Irlande du Nord, dans le reste du Royaume-Uni, en République d'Irlande ou en Australie, se sont jusqu'ici manifestées comme victimes auprès de cette commission composée d'experts et dirigée par un ancien haut magistrat.

Plus de 300 d'entre elles doivent livrer leur témoignage lors d'auditions publiques, en personne ou par écrit.

Le président de la commission, Anthony Hart, lançait cette nouvelle phase officiellement lundi à Banbridge (environ 40 km de Belfast), mais les premiers témoignages ne devraient intervenir qu'à la fin du mois de janvier.

Les premières auditions seront consacrées à deux institutions pour enfants de Londonderry dirigées par les Soeurs de Nazareth, des religieuses catholiques, St Joseph's et Nazareth House.

L'une des porte-parole des victimes, Margaret McGuckin, a décrit sur la BBC les sévices qu'elle a endurés au sein d'un orphelinat dirigé par les Soeurs de Nazareth à Belfast, où elle avait été placée par le gouvernement à l'âge de trois ans.

"Mes premiers souvenirs sont juste le froid et la peur", a-t-elle témoigné, racontant avoir été "enfermée dans des placards sombres, frappée quand elle pleurait, humiliée, brûlée avec de l'eau bouillante, négligée, affamée".

"Il y a des gens qui ont dans les 80 ans qui attendent toujours d'obtenir justice, et simplement d'être entendus".

Les auditions doivent se poursuivre jusqu'en juin 2015 et la commission prévoit de remettre son rapport au gouvernement nord-irlandais en janvier 2016.

L'exécutif nord-irlandais avait mis en place cette commission en mai 2012, après une vaste enquête publique menée en Irlande qui a révélé des mauvais traitements et agressions sexuelles à grande échelle commis au sein d'institutions catholiques, sur une période remontant aux années 1930.

alm/dh/mr

PLUS:hp