NOUVELLES
13/01/2014 08:29 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

Téléphonie: Wind Mobile se retire des nouvelles enchères sur le spectre sans-fil

TORONTO - À la veille des nouvelles enchères pour le spectre sans-fil, Wind Mobile, l'un des plus récents joueurs sur le marché, retire ses billes en raison d'un manque de liquidités.

Le président de l'entreprise, Anthony Lacavera, a indiqué que le propriétaire majoritaire, la compagnie de télécommunications russe VimpelCom, avait décidé de ne pas financer la participation de Wind Mobile aux enchères du spectre de 700 mhz devant débuter mardi.

Le petit fournisseur de téléphonie sans-fil a tenté de devenir le quatrième principal joueur du marché national, à la suite de Rogers, Bell et Telus, qui dominent le paysage canadien avec plus de 25 millions d'abonnés entre eux.

Le retrait de Wind Mobile fait tout sauf renforcer les tentatives d'Ottawa de disposer d'un quatrième fournisseur cellulaire dans chaque région du pays. Wind possède plus de 650 000 abonnés en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique, mais a été mise en vente par VimpelCom.

Si M. Lacavera affirme que les affaires sont au beau fixe pour Wind Mobile, le fait de ne pas pouvoir participer aux enchères entraîne un manque d'espace radio pour que l'entreprise développe son réseau.

Le président de Wind Mobile possède toujours 35 pour cent de la compagnie qu'il a fondée, et stipule que VimpelCom poursuit les discussions avec le gouvernement fédéral et lui-même à propos de l'avenir de la compagnie.

Un total de 10 participants canadiens — dont les trois grands noms — miseront des sommes pour obtenir des parts du spectre radio de 700 mégahertz.

Les précédentes enchères, tenues en 2008, ont permis d'amasser 4,3 milliards $ et ont entraîné l'arrivée de nouveaux joueurs: Wind Mobile, Mobilicity, Public Mobile, Vidéotron et Eastlink.

Depuis, Mobilicity a été mise en vente et Public Mobile a été vendue à Telus.

PLUS:pc