NOUVELLES
13/01/2014 09:42 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

L'Iran étudie un contrat de remplacement aux missiles S-300 russes (responsable)

L'Iran étudie la possibilité d'acheter à la Russie un substitut au système de missile anti-aérien S-300, dont un contrat avait été annulé en 2010 par Moscou, a annoncé lundi un parlementaire iranien cité par l'agence Fars.

"Nous avons eu une rencontre avec l'ambassadeur iranien à Moscou sur (la commande d')un système de substitution au S-300," a indiqué Esmaïl Kossari, le chef de la Commission parlementaire de la Défense.

"Une équipe du ministère de la Défense s'est déjà rendue (en Russie) et une autre équipe doit également y aller pour discuter de cette question", a ajouté M. Kossari.

Jusqu'ici, Téhéran insistait sur la mise en oeuvre de ce contrat d'armement avec la Russie. "Nous insistons toujours sur l'application de ce contrat sur la base des accords précédents", avait affirmé à la mi-décembre le chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif. Il avait alors espéré pouvoir "résoudre ce problème d'une façon acceptable".

Moscou a conclu en 2007 un contrat de livraison de S-300, capables d'intercepter en vol des avions ou des missiles, d'un montant de 800 millions de dollars. Mais ce contrat a été annulé en 2010 par la Russie en application d'une résolution de l'ONU sur de nouvelles sanctions infligées à Téhéran en raison de son programme nucléaire controversé.

L'Iran a réclamé des dédommagements d'un montant de 4 milliards de dollars pour l'annulation de ce contrat.

Téhéran est soupçonné, malgré ses dénégations, de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert de programme nucléaire civil.

L'Iran est les grandes puissances ont conclu fin novembre à Genève un accord intérimaire qui limite certaines activités nucléaires sensibles de Téhéran en échange d'une levée partielle des sanctions occidentales. Cet accord, d'une durée de six mois, entrera en vigueur le 20 janvier.

str/cyj/sw

PLUS:hp