POLITIQUE
13/01/2014 06:01 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

Kanesatake: 10 ans après, la communauté mohawk est toujours divisée (VIDÉO)

Dix ans après les événements violents de janvier 2004 à Kanesatake, où la maison de l'ancien grand chef James Gabriel avait été incendiée, la communauté mohawk est toujours incapable de tourner la page. La communauté est toujours divisée et les guerres de clans continuent de faire rage, même si James Gabriel vit maintenant en exil en Ontario.

Un texte de Jean-Philippe Robillard Twitter Courriel

En janvier 2004, un groupe de policiers était pris en otage, le poste de police de Kanesatake était vandalisé et la maison du grand chef James Gabriel était incendiée à la suite d'une opération policière ratée contre le crime organisé.

Même si plusieurs à Kanesatake souhaitent tourner la page sur ces événements, 10 ans plus tard la communauté reste profondément divisée et le conseil de bande est paralysé par les guerres de clans.

Mais ce qui divise surtout les Mohawks de Kanesatake, encore aujourd'hui, c'est le contrôle de la police sur leur territoire, ce qui a été la bougie d'allumage de la crise de 2004.

Pas surprenant donc, c'est toujours la Sûreté du Québec qui assure la sécurité sur le territoire mohawk et non une police autochtone comme auparavant.

Dix ans après la crise, le problème reste entier et rien n'est réglé à Kanesatake.

Pour regarder la vidéo sur un appareil mobile, cliquez ici.

Pour écouter le reportage de Jean-Philippe Robillard sur un appareil mobile, cliquez ici.