NOUVELLES
13/01/2014 08:15 EST | Actualisé 15/03/2014 05:12 EDT

A-Rod : des seringues et des « jujubes »

Un témoin clé du baseball majeur dans son procès contre Alex Rodriguez affirme avoir conçu et administré un programme de dopage pour le joueur vedette dès 2010.

Anthony Bosch, le propriétaire et fondateur de la clinique Biogenesis, a déclaré lors d'une entrevue à l'émission 60 minutes diffusée dimanche que Rodriguez lui offrait 12 000 $ par mois afin de recevoir un assortiment de produits interdits, dont de la testostérone et des hormones de croissance.

Bosch a déclaré qu'il avait commencé à travailler avec Rodriguez cinq jours avant que le joueur de troisième-but des Yankees ne frappe le 600e circuit de sa carrière, le 4 août 2010.

« Qu'est-ce que Manny Ramirez a consommé en 2008 et en 2009? », lui a demandé Rodriguez, concernant l'ancien joueur des Red Sox de Boston.

Bosch a affirmé qu'il avait conçu le programme pour aider Rodriguez à maximiser les effets des produits dopants tout en évitant que ceux-ci ne soient détectés au cours des tests antidopage du baseball majeur. Rodriguez n'a jamais échoué à un test antidopage durant la période en question.

Dans cette opération clandestine, Bosch a déclaré que le duo utilisait des codes comme « jujubes » pour parler de capsules de testostérone, qui étaient souvent consommées par Rodriguez tout juste avant les matchs.

Bosch a également révélé qu'il avait lui-même effectué des injections puisque Rodriguez avait peur des aiguilles.

Selig persiste et signe

Un arbitre a réduit la suspension de Rodriguez de 211 à 162 matchs en plus des séries éliminatoires, samedi. Les avocats de Rodriguez ont indiqué qu'une plainte serait déposée lundi dans une cour fédérale afin de tenter d'infirmer la décision de l'arbitre.

Le commissaire Bud Selig, qui n'a pas témoigné lors de l'appel de Rodriguez, a défendu la plus longue suspension à avoir été décernée dans l'histoire du baseball majeur.

« Selon mon jugement, ses actions sont incompréhensibles, a commenté Selig au cours de l'émission. Je crois que la suspension de 211 matchs était très juste. »

Au cours de ce segment de l'émission, le chef des opérations du baseball majeur, Rob Manfred, a indiqué que Bosch avait accepté de collaborer à l'enquête puisqu'il sentait que sa vie était en danger.

Selon Manfred, Bosch aurait même reçu des menaces d'un ancien collaborateur de Rodriguez.

Des 14 joueurs suspendus à la suite de l'enquête sur Biogenesis, seul Rodriguez a appelé de sa suspension.

PLUS:rc