NOUVELLES
12/01/2014 07:31 EST | Actualisé 14/03/2014 05:12 EDT

La capsule Cygnus d'Orbital Sciences s'est amarrée à l'ISS

La capsule non habitée Cygnus de la société américaine Orbital Sciences, lancée avec succès jeudi pour sa première mission d'approvisionnement de la Station spatiale internationale (ISS), s'est amarrée dimanche à l'avant-poste orbital.

La capsule était officiellement amarrée à la Station à 13H05 GMT, soit près de deux heures après avoir été saisie au vol par Canadarm2, un bras manipulateur manoeuvré de l'intérieur par l'astronaute américain Mike Hopkins et son collègue japonais Koichi Wakata, selon la chaîne de télévision de la Nasa.

L'amarrage s'est effectué au-dessus du nord-est de Madagascar (océan Indien).

"En fait, saisir quelque chose qui flotte librement dans l'espace tout à côté de vous et qui va si vite... avec un enjeu si grand, c'est ça qui est délicat", a déclaré l'astronaute Cody Coleman, qui a couvert, au sol, l'événement pour la chaîne de télévision de la Nasa.

L'équipage a utilisé ce bras pour guider Cygnus afin qu'il s'amarre au module Harmony, un conduit pressurisé qui assure la liaison entre le laboratoire européen Columbus et le laboratoire américain Destiny.

Cette première mission d'approvisionnement a "été parfaitement menée... depuis le lancement impeccable jusqu'à la capture et l'amarrage à la station ce matin", s'est réjoui le PDG d'Orbital, David Thompson, dans un communiqué.

Cygnus livre 1.260 kilos d'équipements scientifiques pour des expériences, dont entre autres des fourmis pour observer leur comportement en microgravité, ainsi que du matériel pour étudier la résistance microbienne aux antibiotiques.

Les occupants de l'ISS --trois Russes, deux Américains et un Japonais-- commenceront dès lundi à transférer le chargement dans l'ISS par une trappe et à charger Cygnus avec avec 1,8 tonne de déchets et d'équipements usagés, a précisé la Nasa dans un communiqué.

Cygnus se désamarrera de la Station le 18 février et sera détruite en retombant dans l'atmosphère au-dessus de l'océan Pacifique.

Contrairement à la capsule Dragon de la société SpaceX, Cygnus ne peut pas revenir se poser sur Terre.

Initialement prévu en décembre, le lancement de Cygnus depuis le centre des vols de Wallops, situé sur une île près de la côte de Virginie (est), avait été une première fois reporté au 8 janvier en raison du remplacement en urgence d'une pompe à ammoniaque défectueuse sur un des deux circuits de refroidissement de la Station spatiale.

Le vol avait été ensuite repoussé de 24 heures à jeudi après que des éruptions solaires mardi eurent créé des radiations magnétiques susceptibles d'affecter les systèmes électroniques du lanceur Antares.

Il s'agit du cinquième vol d'un vaisseau privé vers l'ISS. Orbital Sciences est l'une des deux firmes américaines, avec SpaceX, à avoir été choisie par l'agence spatiale américaine pour approvisionner l'avant-poste orbital.

Orbital Sciences avait déjà effectué un vol de démonstration vers l'ISS en septembre.

La Nasa parie sur des partenariats dans le secteur privé pour réduire le coût d'accès à l'orbite basse.

Aux termes d'un contrat de 1,9 milliard de dollars avec Orbital Sciences, cette firme doit livrer 20 tonnes de fret à l'ISS au cours de huit vols prévus jusqu'au début 2016, dont trois au total en 2014.

SpaceX a de son côté déjà effectué trois missions vers la Station avec sa capsule Dragon, dont deux de livraison de fret dans le cadre d'un contrat de 1,6 milliard de dollars avec la Nasa. Elle doit encore mener dix vols de fret vers l'ISS d'ici 2015.

SpaceX lance Dragon avec sa fusée Falcon 9 depuis la base de Cap Canaveral en Floride (sud-est).

SpaceX, Boeing et Sierra Nevada ont aussi été retenus par la Nasa pour développer chacun un vaisseau privé de transport de personnes vers la Station.

Pour le fret, la Nasa utilise également les vaisseaux automatiques européen ATV, japonais HTV et russe Progress, qui sont détruits dans l'atmosphère après leur mission.

Ces sociétés verront le marché de transport vers l'ISS s'accroître potentiellement avec la décision annoncée mercredi par la NASA de prolonger de quatre ans, jusqu'en 2024, la durée d'utilisation de la Station spatiale.

bur-rap/ico

PLUS:hp