NOUVELLES
11/01/2014 04:17 EST | Actualisé 12/03/2014 05:12 EDT

Ne pas brûler d'étapes

Avec leur attaque historiquement productive, les Broncos de Denver pourraient déjà s'imaginer participer au match ultime, mais leur premier adversaire des éliminatoires les a déjà vaincus cette saison.

Un texte d'Olivier Paradis-Lemieux  Twitter   Courriel  et de Félix St-Aubin  Twitter   Courriel

Chargers de San Diego (10-7) @ Broncos de Denver (13-3)

La dernière campagne a permis à Peyton Manning de faire tomber plusieurs records de la NFL. Les marques pour le nombre de passes de touché (55) et de verges par la voie des airs (5477) appartiennent désormais au quart-arrière de 37 ans.

Il n'y a aucun doute, les Broncos ont été tout à fait dominants au cours de l'automne.

Les hommes de John Fox devront tirer un trait sur une saison remplie de promesses et se concentrer sur des rivaux de division qui leur ont donné bien du fil à retordre cette année : les Chargers de San Diego.

Les Broncos n'ont pas été en mesure d'engranger 400 verges ou plus en attaque en seulement deux occasions au cours du calendrier.

Dans chacun des cas, leurs adversaires se nommaient les Chargers.

Et l'équipe hôtesse s'est inclinée dans chacun des affrontements. Les Broncos ont triomphé 28-20 à San Diego le 10 novembre dernier, puis les Chargers ont obtenu leur revanche le 12 décembre à Denver (27-20).

Dans sa carrière, Manning a croisé le fer à 12 reprises avec les Chargers. Son rendement de sept gains contre cinq revers n'est pourtant pas ce que les gens retiennent de ces confrontations.

Certes, l'ancien des Volunteers de l'Université du Tennessee a été en mesure de rejoindre un receveur dans la zone des buts 27 fois, mais c'est surtout ses 21 interceptions qui en font sourciller plus d'un.

San Diego a souvent trouvé le moyen de ralentir, voire freiner Manning. Ils ont réalisé l'exploit à deux reprises au cours des deux derniers mois, seront-ils en mesure de rééditer le tout dimanche?

L'attaque californienne n'a presque rien à envier à celle des Broncos. Philip Rivers vient tout juste de connaître l'une des meilleures campagnes de sa carrière. Il a complété 378 de ses 544 relais (69,5 %), bon pour 4478 verges aériennes 32 majeurs et 11 interceptions.

Les demis Ryan Matthews (285 courses, 1255 verges et 6 touchés) et Danny Woodhead (106 courses, 429 verges et 2 touchés) se complètent à merveille. La majorité des portées est octroyée à Matthews, tandis que Woodhead a conclu la saison avec 76 réceptions.

Puis, la recrue Keenan Allen (71 attrapés, 1046 verges et 8 majeurs) s'est finalement avérée un choix judicieux de l'état-major. Allen avait été sélectionné au troisième tour (76e au total) au mois d'avril dernier.

Les deux attaques qui s'aligneront sur le terrain dimanche comptent sur une multitude de ressources pour faire avancer le ballon. Il ne serait pas surprenant que les Chargers adoptent la même stratégie que lors de la dernière confrontation entre les deux équipes : garder Manning sur les lignes de côté grâce à l'attaque au sol.

Le 12 décembre, les Broncos n'avaient eu le ballon que pendant 21 min 11 s, comparativement à 38 min 49 s pour San Diego. Mike McCoy et sa bande entameront fort probablement la rencontre avec le même plan de match. Le résultat sera-t-il différent?

49ers de San Francisco (13-4) @ Panthers de la Caroline (12-4)

Le seul duel entre ces deux formations cette saison a été une brutale démonstration que les défenses ont encore leur mot à dire dans le football moderne.

La Caroline l'avait emporté 10-9 et avait limité les 49ers à 151 verges au total alors que les Panthers en avaient amassé 250.

Colin Kaepernick n'avait récolté que 91 verges par la voie des airs, mais en comptant les six sacs qu'il avait subis, l'attaque aérienne de San Francisco n'avait produit que 46 verges.

À la défense du quart de 26 ans, son meilleur receveur, Michael Crabtree, n'était pas en uniforme lors de ce match et son autre cible favorite, Vernon Davis, avait quitté la rencontre en raison d'une commotion cérébrale au deuxième quart.

Avec ses deux joueurs dans la formation dimanche, les 49ers retrouveront leur plein arsenal, mais marquer des points contre la Caroline restera un calvaire, très physique, épuisant et démoralisant pour les Californiens.

Mais ce ne sera pas plus facile pour les Panthers, puisque les hommes de Jim Harbaugh sont également reconnus, depuis l'arrivée de l'ancien pilote du Cardinal de Stanford, pour être une des défenses les plus coriaces du circuit Goodell. En fait, la Caroline et San Francisco sont respectivement aux 2e et 3e rangs en ce qui a trait aux points accordés par match. Seuls les Seahawks de Seattle font mieux à ce niveau.

De plus, Cam Newton disputera son premier match en éliminatoires, et ce, sans que le receveur étoile Steve Smith soit au summum de ses capacités.

Smith souffre d'une vilaine entorse à un genou gauche, mais il refuse de concevoir qu'il ratera la première rencontre des siens en janvier en quatre ans. Vieillissant, le joueur de 34 ans a aussi passablement ralenti, mais il demeure le meilleur receveur éloigné des Panthers.

Newton devra compter davantage sur la production de l'ailier rapproché Greg Olsen (816 verges et 6 touchés), ou encore celle de Brandon LaFell (627 verges et 5 touchés). Il peut toujours donner le ballon à DeAngelo Williams, ou courir lui-même, mais leurs rivaux sont excellents contre cette phase du jeu (4e de la NFL).

L'idée d'utiliser le jeu au sol pour renverser les Panthers traversera aussi l'esprit des 49ers, mais elle n'est pas plus avisée, même si Kaepernick a retrouvé ses jambes la semaine dernière contre les Packers de Green Bay. La Caroline est au 2e échelon de la ligue contre la course, autant dire que Frank Gore doit s'attendre à être frappé fréquemment derrière la ligne de mêlée.

Que ce soit par la voie des airs ou terrestre, les deux équipes auront bien de la difficulté à s'enfoncer en territoire adverse.

Un autre match à bas pointage est attendu dimanche après-midi à Charlotte. Une rencontre où un plaqué raté, un seul, pourrait faire la différence.

PLUS:rc