NOUVELLES
10/01/2014 09:20 EST | Actualisé 12/03/2014 05:12 EDT

Tempêtes à Toronto: les fonctionnaires suggèrent de déclarer une zone sinistrée

TORONTO - Le conseil municipal de Toronto a été pressé, vendredi, de demander au gouvernement de l'Ontario de déclarer la plus grande ville du Canada «zone sinistrée», une désignation qui permettrait à la municipalité d'obtenir des fonds pour gérer les conséquences de deux tempêtes majeures survenues en 2013.

La recommandation a été faite par les fonctionnaires de la Ville, qui ont conseillé à Toronto de demander une aide financière de la province et du gouvernement fédéral pour les dommages de 171 millions $ causés par les tempêtes.

Ce montant comprend au moins 106 millions $ pour les dommages causés par la tempête de pluie verglaçante survenue avant Noël, et 65,2 millions $ pour la grave tempête de pluie du 8 juillet qui a inondé certaines parties de la ville.

Toronto n'a pas déclaré l'état d'urgence lors de la tempête de décembre, qui a fait tomber des lignes électriques et privé des milliers de personnes de courant pendant plusieurs jours.

Le controversé maire Rob Ford, qui s'est fait retirer une grande partie de ses pouvoirs l'an dernier, a déclaré à plusieurs reprises qu'il ne voyait pas la nécessité de déclarer l'état d'urgence. Le gouvernement provincial avait également affirmé qu'il fournissait toute l'aide possible et que l'état d'urgence n'y changerait rien.

Depuis, le maire Ford a indiqué qu'il prévoyait présenter une motion demandant aux gouvernements provincial et fédéral de fournir une aide initiale de 60 millions $ pour aider la municipalité à faire face aux conséquences des tempêtes.

Le directeur municipal, Joe Pennachetti, a expliqué que la désignation de «zone sinistrée» visait simplement à se conformer aux règles du Programme d'assistance aux désastres naturels de la province pour obtenir les fonds requis.

«Je sais qu'il y a eu beaucoup de discussions sur le fait que nous n'avons pas déclaré l'état d'urgence, mais nous déclarons une zone de désastre naturel», a dit M. Pennachetti. «Afin d'obtenir de l'argent de ce programme, nous devons techniquement déclarer un désastre naturel. C'est pourquoi nous recommandons ces termes. C'est une exigence de la législation.»

Les fonctionnaires recommandent que la facture soit partagée à parts égales entre la Ville, la province et le fédéral, soit environ 57 millions $ chacun.

PLUS:pc