NOUVELLES
10/01/2014 08:01 EST | Actualisé 12/03/2014 05:12 EDT

New Jersey : des centaines de documents pour éclaircir le scandale du pont

L'affaire du « scandale du pont » au New Jersey s'emballe et ébranle l'administration du gouverneur de l'État, Chris Christie. Des centaines de documents ont été rendus publics vendredi, tandis que des procédures pour un recours collectif sont amorcées.

Un comité législatif de l'État chargé de faire la lumière sur le scandale a rendu publics des documents sur la fermeture de voies d'accès au pont George Washington, qui aurait été orchestrée par l'entourage du gouverneur pour se venger d'un élu.

Il s'agit de documents portant notamment sur les correspondances du cercle rapproché de M. Christie, alors que le gouverneur républicain tente de limiter la portée du scandale.

L'affaire pourrait lui coûter son éventuelle campagne présidentielle de 2016.

Même s'il a nié avoir joué un rôle dans ce qui s'apparente à une vendetta contre le maire de Fort Lee, pour ne pas l'avoir appuyé lors de l'élection au poste de gouverneur, plusieurs usagers pris dans les monstrueux embouteillages en septembre près de New York ont porté plainte collectivement pour obtenir des dommages et intérêts.

Leur avocate, Rosemarie Arnold, souligne qu'ils sont arrivés en retard au travail, ont subi des pertes de salaire et d'autres « dommages économiques ».

M. Christie, son ex-chef de cabinet adjointe Bridget Ann Kelly, et deux responsables de l'Autorité portuaire de New York et du New Jersey, Bill Baroni et David Wildstein, sont visés personnellement par une plainte qui dénonce la « faute professionnelle ».

Ils sont également explicitement accusés d'avoir « orchestré et conspiré », en mettant en place une stratégie « bloquant la circulation et les routes locales » entre le 9 et le 13 septembre 2013.

Une fois l'affaire rendue publique, le gouverneur Christie a congédié jeudi une proche collaboratrice et a coupé les liens avec l'un de ses principaux conseillers politiques.

Il a également présenté ses excuses aux résidents du New Jersey pour le comportement « stupide » de son personnel.

« Je suis embarrassé et humilié par la conduite de certaines personnes au sein de mon équipe », a-t-il ajouté.

PLUS:rc