NOUVELLES
09/01/2014 06:34 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

Réunion extraordinaire sur la crise centrafricaine

Des dirigeants africains sont réunis au Tchad pour discuter de la crise qui déchire la République centrafricaine. Les débats pourraient se prolonger jusqu'à vendredi.

Ils participent à un sommet « extraordinaire » de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC). La réunion a été organisée à la demande du chef d'État tchadien, Idriss Déby Itno, qui préside l'organisation.

Les premières délégations sont arrivées hier dans la capitale tchadienne. C'est le cas notamment de la délégation centrafricaine, composée du président par intérim, Michel Djotodia, et de son premier ministre.

Selon certaines sources, les dirigeants africains pourraient prier le président Djotodia de démissionner pour faciliter la résolution pacifique des violences qui secouent son pays.

Un porte-parole du président centrafricain a toutefois démenti tout projet de démission.

Les dirigeants africains sont préoccupés par la paralysie totale du pouvoir en place à Bangui, la capitale centrafricaine, et par son incapacité à rétablir l'ordre dans le pays.

Les discussions à N'Djamena visent aussi à discuter du renforcement de la force africaine déployée en République centrafricaine.

Ce renforcement est réclamé par la France qui a, de son côté, 1600 soldats dans le pays déchiré par les violences entre chrétiens et musulmans.

Toutefois, Paris refuse pour l'instant de déployer des soldats supplémentaires. La France mise plutôt sur l'augmentation du nombre de soldats de la force africaine et sur l'implication d'autres pays européens.

PLUS:rc