NOUVELLES
09/01/2014 09:00 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

La Russie tente d'élucider les meurtres de six hommes dans quatre voitures

MOSCOU - Une succession de meurtres mystérieux dans le sud de la Russie rehausse les craintes liées à la sécurité avant l'ouverture, le mois prochain, des Jeux d'hiver de Sotchi.

La police russe tentait jeudi d'élucider les meurtres de six hommes dont les corps ont été retrouvés dans quatre voitures abandonnées dans le sud du pays, près de la région volatile du Caucase.

Trois des voitures avaient été piégées, mais une seule a explosé sans faire de blessés. Les victimes avaient été abattues, selon la police.

Le porte-parole de la principale agence policière russe, Vladimir Markin, a indiqué qu'aucun motif n'a encore pu être établi.

Les corps ont été retrouvés mercredi près de la ville de Pyatigorsk qui, comme Sotchi, se trouve à proximité du Caucase, une région où sévissent des insurgés islamistes.

Pyatigorsk est située au coeur d'un district administratif créé en 2012 pour coordonner les efforts pour combattre l'insurrection. L'explosion d'une voiture piégée, devant le bureau de la police, y a fait trois morts en décembre.

Témoignant des inquiétudes russes avant l'ouverture des Jeux, M. Markin a révélé que le Service fédéral de sécurité participe maintenant à l'enquête, qui est considérée comme une opération antiterrorisme.

Trois des victimes — deux chauffeurs de taxi et un ébéniste — ont été identifiées. Les meurtres de citoyens ordinaires ressemblent davantage à un réglement de comptes entre bandes criminelles, mais le recours aux explosifs rappelle les attentats terroristes qui se produisent presque quotidiennement dans le Caucase.

La Russie est toujours sur les dents après les deux attentats-suicides commis à la fin du mois de décembre à Volgograd, aussi dans le sud du pays, qui avaient fait 34 morts et plusieurs blessés. Ces attaques n'ont pas été revendiquées, mais elles ont été commises plusieurs mois après que le leader de l'insurrection islamiste ait appelé à une accélération des attentats avant les Jeux olympiques.

Pyatigorsk, dans la région de Stavropol, se trouve tout juste au nord d'une série de républiques majoritairements musulmanes dans le Caucase. La station de télévision NTV, qui est loyale au Kremlin, rapporte que la sécurité a été resserrée jeudi et que des files d'attente s'étaient formées à la frontière.

NTV a aussi diffusé les photos de quatre suspects qui, a-t-elle dit, ont été distribuées à la police. Les hommes seraient originaires de Kabardino-Balkaria, tout juste au sud de Pyatigorsk et une des républiques majoritairement musulmanes du Caucase russe.

Pour sa part, le grand quotidien moscovite Kommersant a laissé entendre que les hommes ont été tués par des militants et que les explosifs ciblaient les policiers appelés sur les lieux. Cette tactique a été utilisée en 2010 à Pyatigorsk, quand un chauffeur de taxi a été abattu et sa voiture transformée en bombe, faisant plus de 30 blessés.

Sotchi se trouve à l'est du Caucase, dans la région de la mer Noire, à moins de 300 kilomètres de Pyatigorsk par la voie des airs, mais près de deux fois plus loin par voie terrestre.

Les trois autres victimes ont été retrouvées tard mercredi dans un quatrième véhicule. Une bombe avait été placée à côté de la voiture, mais elle a été désamorcée par la police.

Des bombes artisanales avaient aussi été placées près de deux des autres voitures; une a explosé quand les policiers se sont approchés et l'autre a été désamorcée.

PLUS:pc