NOUVELLES
09/01/2014 11:36 EST | Actualisé 11/03/2014 05:12 EDT

France: la justice autorise un spectacle de Dieudonné, le gouvernement contre-attaque

La justice française a annulé jeudi l'interdiction d'un spectacle de Dieudonné, humoriste condamné à de multiples reprises pour antisémitisme, infligeant un sérieux revers au ministre de l'Intérieur, à l'origine de la mesure, qui a aussitôt fait appel.

Le Conseil d'Etat, plus haute juridiction administrative en France, devait se réunir jeudi après-midi pour statuer, sans doute avant le début du spectacle prévu près de Nantes (ouest) à 19H30 GMT.

L'avocat de Dieudonné, Me Jacques Verdier, a dénoncé un "acharnement" contre son client, jugeant "très clair qu'il y a eu des pressions" pour que le Conseil d'Etat se réunisse dans un délai aussi bref.

Saisi par le comédien, le tribunal administratif de Nantes avait annulé en début d'après-midi la décision du préfet d'interdire le spectacle de Dieudonné. Le représentant de l'Etat avait invoqué mardi un risque de "trouble à l'ordre public" et des "atteintes au respect de la dignité de la personne humaine".

Or, pour le juge administratif, le spectacle de Dieudonné n'a pas pour "objet essentiel" de porter atteinte à la dignité humaine et le "risque de trouble public" ne justifie pas une "mesure aussi radicale que l'interdiction".

Dans son one-man-show "Le Mur", déjà présenté à Paris, Dieudonné, métis franco-camerounais de 47 ans, multiplie les charges contre "les juifs", "la juiverie" ou encore "kippa-city", des attaques coutumières dans ses spectacles et pour lesquelles il a déjà été plusieurs fois condamné.

Peu après l'annonce de la décision du tribunal, son avocat l'avait qualifiée de "victoire totale et complète" pour son client, estimant qu'elle ferait jurisprudence pour les autres interdictions frappant la tournée de Dieudonné, lancée jeudi soir par le spectacle à Nantes.

"C'est la défaite de M. (Manuel) Valls, c'est la défaite de M. (Jean-Marc) Ayrault", avait déclaré Me Verdier, en citant le ministre de l'Intérieur et le Premier ministre.

Dieudonné a réagi sur son compte Twitter en interpellant vulgairement le ministre de l'Intérieur: "Manu la sens-tu ?"

Associations juives "déçues"

Se disant "déçues" par la décision du juge nantais, les associations juives françaises ont appelé à des rassemblements, dès jeudi soir à Nantes et dimanche à Paris.

Le Congrès juif mondial (CJM) a appelé dans un communiqué le gouvernement français à ne pas céder. "La France n'a pas d'autre choix que d'affronter résolument ce prêcheur de haine" qui "malheureusement" compte "un nombre considérable de partisans parmi les jeunes", a réagi le président du CJM Ronald S. Lauder. "Le ministre Manuel Valls a raison: c'est une bataille politique et pas seulement légale", a-t-il dit.

Ces derniers jours, juristes et associations avaient mis en garde contre la difficulté à justifier l'"interdiction préalable" d'un spectacle, assimilable à une "censure", mais aussi contre la publicité faite à Dieudonné.

"Plus il dit des choses que la loi interdit, plus il est populaire", avait relevé le politologue Jean-Yves Camus.

A Nantes, le spectacle programmé dans une salle de 6.300 places affiche quasi complet.

Dans le passé, une quinzaine de municipalités françaises ont tenté d'interdire des spectacles de Dieudonné mais la justice administrative leur avait toujours donné tort, au nom de la liberté d'expression.

Jeudi, la Ligue des droits de l'homme, qui avait déjà mis en garde contre une interdiction jugée "contre-productive", a regretté une "séquence politique désastreuse". Son président, Pierre Tartakowsky, a jugé "positif" le "message de protection des libertés" envoyé par le juge administratif de Nantes. "Ce qui est beaucoup moins positif, mais ça ne dépendait pas du juge, c'est que Dieudonné va exulter", a-t-il dit à l'AFP. "De toute évidence, le ministre a mis le gouvernement, et pas seulement, dans une situation à tout le moins délicate", a-t-il ajouté.

La polémique sur Dieudonné intervient sur fond de montée de l'extrême droite en France, à trois mois d'échéances électorales. Si la présidente du Front national Marine Le Pen a pris ses distances avec le polémiste en se disant "choquée" par certains de ses propos, son père Jean-Marie Le Pen est le parrain d'un des enfants de Dieudonné.

bur-phs-axt/bar/alc/prh/via

PLUS:hp