NOUVELLES
08/01/2014 04:37 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Mort du colonel Ndala en RDC : arrestation de trois autres officiers

Trois officiers congolais ont été arrêtés mercredi en lien avec la mort du colonel Mamadou Ndala, tué le 2 janvier dans l'Est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Deux majors et un capitaine d'un même régiment ont été placés en détention après avoir été entendus par la commission chargée de faire la lumière sur cette attaque ayant coûté également la vie à un jeune officier commandant d'une unité d'élite et extrêmement populaire, a-t-on indiqué de même source.

Une dizaine de militaires sont désormais écroués en relation avec cette affaire.

Chef du 42e bataillon commando de l'Unité de réponse rapide (URR) congolaise, le colonel Ndala a été tué jeudi par un tir de roquette ayant visé son véhicule dans le Nord de la province riche et instable du Nord-Kivu, où sévissent plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers.

Kinshasa a accusé les rebelles ougandais de l'Alliance des forces démocratiques et de l'Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu), contre lesquels l'URR était mobilisée, d'être derrière l'attaque fatale, mais cette thèse ne convainc pas de nombreux habitants ainsi que plusieurs militaires.

De nombreux congolais voient dans l'officier mort à 35 ans un héros auréolé de nombreuses victoires contre la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23), vaincue début novembre par les forces gouvernementales, avec le soutien des Casques bleus. Le colonel Ndala a été élevé au grade de général à titre posthume.

str/mj/jeb

PLUS:hp