NOUVELLES
08/01/2014 01:34 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Logement social : un appel à l'aide

La décision du gouvernement canadien, il y a 20 ans, de ne plus financer de logements sociaux a privé le Québec de 65 000 logements, selon le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). Dans le grand Montréal seulement, le FRAPRU soutient que 39 000 logements auraient été construits si Ottawa ne s'était pas retiré de l'habitation sociale.

Lorsqu'Ottawa s'est retiré du logement social en janvier 1994, les mises en chantier d'immeubles locatifs au pays ont plongé de moitié et sont restées basses plusieurs années. Cela a contribué en partie à la crise du logement des années 2000 et à la hausse du nombre d'itinérants dans les grands centres urbains.

« Les intervenants dans le milieu de l'itinérance parlent d'environ 30 000 personnes dans cette situation-là au Québec », dit François Saillant, coordonnateur du FRAPRU. 

Le désengagement du fédéral se poursuit, car même si Ottawa ne finance plus de nouvelles constructions, il continue d'honorer les hypothèques prises dans le passé.

Or, ces hypothèques arrivent à échéance.

« Même si tu enlèves la part du remboursement hypothécaire, la contribution des locataires est tellement mince qu'elle ne sera pas suffisante pour payer les dépenses régulières d'entretien. L'autre problème auquel de toute façon on assiste dans le cas des HLM, on le voit au Québec, mais aussi dans les projets coopératifs et sans but lucratif, c'est que les immeubles ont besoin de rénovation », déplore Marie-Josée Corriveau, organisatrice du FRAPRU. 

Le gouvernement du Québec a pris en partie la relève, notamment avec son programme Accès Logis, mais ce n'est pas assez.

Les gestionnaires de HLM, de Coopératives d'habitation et d'Organismes sans but lucratif (OSBL) se tournent parfois vers les municipalités pour avoir du financement, avec plus ou moins de succès selon les régions.

Le FRAPRU demande donc à Ottawa de reprendre son financement, ou encore de transférer des points d'impôts aux provinces dont relève ce champ de compétence.

D'après un reportage de René Saint-Louis

PLUS:rc