NOUVELLES
08/01/2014 06:03 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Les vacances pourraient coûter plus cher si le dollar continue de chuter

TORONTO - Un huard moins élevé constitue peut-être une bonne nouvelle pour de nombreuses entreprises canadiennes, mais les consommateurs pourraient finir par voir grimper les prix des vacances dans de populaires destinations soleil, et avoir moins de raisons de faire des achats en ligne ou aux États-Unis.

Le dollar canadien a perdu 0,27 cent US, mercredi, pour clôturer à 92,56 cents US, un cours qu'il n'avait plus vu depuis octobre 2009. Mardi, il avait chuté de plus d'un cent US, à 92,83 cents US.

David McCaig, président de l'Association canadienne des agences de voyages (ACTA), a affirmé que l'affaiblissement du dollar canadien n'avait pour le moment eu que peu ou pas du tout d'impact sur les réservations de Canadiens souhaitant passer des vacances dans le sud. Il a cependant ajouté que si la tendance se maintenait, l'histoire pourrait se répéter.

En 2009, les agences de voyage à travers le pays avaient constaté une diminution du nombre de réservations faites par les Canadiens.

Au lieu de faire leurs valises et de se diriger vers le sud ou la mer Méditerranée, plusieurs Canadiens avaient choisi de passer leurs vacances à la maison ou de voyager au pays afin de tirer le maximum de leurs dollars.

Le secteur du tourisme pourrait être témoin du même phénomène si les prix des vacances commencent à grimper en raison de la chute du dollar canadien.

Pour le moment, cependant, les agences continuent de constater une forte demande pour des vacances dans les Caraïbes, aux États-Unis et en Europe, demande accentuée par le froid sibérien qui a récemment fait grelotter la majeure partie du Canada.

«Il fait tellement froid au Canada que tout le monde veut partir», a indiqué M. McCaig, dont l'association représente 2000 agences.

Pour la plupart, les vacances sont encore affichées aux prix de l'été dernier, alors que le dollar canadien était plus vigoureux. Ces prix devraient demeurer en vigueur pendant les prochains mois, mais ils augmenteront si le huard continue de perdre des plumes.

À long terme, un dollar inférieur favorisera les voyages vers des destinations canadiennes, a affirmé M. McCaig.

«Ça fait partie de ce qui est arrivé lorsque notre huard était tellement élevé. Les Américains avaient l'habitude de venir ici avant, profitant de bonnes aubaines et de la valeur de leur dollar, et ils ne voyaient aucun inconvénient à payer les taxes», a-t-il dit.

«Franchement, un huard en baisse est une bonne chose pour les entreprises canadiennes. (Les destinations touristiques) vont être heureuses de voir les Américains venir ici», a ajouté le président de l'ACTA.

PLUS:pc