NOUVELLES
08/01/2014 11:58 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Les aéroports de Moscou interdisent tous les liquides en cabine à un mois des JO

Les aéroports internationaux de Moscou ont annoncé mercredi l'interdiction de tous les liquides à bord des avions de ligne, appliquant une directive concernant tous les aéroports de Russie à un mois des JO de Sotchi, après de récents attentats.

Les nouvelles règles interdisent en cabine "tous les liquides, y compris les produits d'hygiène, les cosmétiques, médicaments, aérosols et gels en toute quantité", a indiqué l'aéroport de Moscou-Cheremetievo dans un communiqué sur son site.

Les trois aéroports moscovites -- Cheremetievo, Vnoukovo et Domodedovo -- vont accueillir des dizaines de milliers de supporteurs et visiteurs étrangers pour les jeux Olympiques du 7 au 23 février à Sotchi, ville située entre les bords de la mer Noire et les montagnes du Caucase.

L'Agence fédérale de l'aviation civile (Rosaviatsia) a indiqué de son côté avoir envoyé à tous les aéroports de Russie une directive dans laquelle elle demande d'appliquer ces "nouvelles mesures indispensables pour assurer la sécurité aérienne", compte tenu de la "menace d'attentats".

"Il est demandé aux passagers de mettre tous les liquides et les produits d'hygiène dans leurs bagages" en soute, avant le passage aux contrôles de sécurité, précise Rosaviatsia dans un communiqué publié sur son site mercredi.

Empêchée d'emmener des gouttes

Cependant, les médicaments et produits d'hygiène indispensables aux passagers peuvent être emportés en cabine après vérification par les services de sécurité des aéroports, souligne cette directive.

Mais les aéroports de Moscou semblent aller au-delà des recommandations de l'agence fédérale en interdisant tous les liquides et médicaments.

Une journaliste de la radio Echo de Moscou a ainsi raconté avoir été empêchée, à l'aéroport de Vnoukovo, d'emmener en cabine des gouttes pour le nez.

Ces nouvelles restrictions annoncées de manière tout à fait inattendue viennent s'ajouter aux mesures de sécurité draconiennes entrées en vigueur à Sotchi mardi.

L'interdiction des liquides en cabine a provoqué de nombreuses critiques sur la blogosphère, des passagers redoutant de ne plus pouvoir emporter en cabine certains médicaments et de la nourriture pour bébés.

Les nouvelles mesures recommandées par Rosaviatsia s'appliqueront jusqu'au 21 mars, soit une semaine après la clôture des jeux paralympiques qui auront lieu à Sotchi du 7 au 16 mars, selon des médias russes.

Les règles en vigueur jusqu'ici interdisaient en cabine les liquides dans des quantités supérieures à 100 ml.

Un dispositif de sécurité renforcé et sans précédent dans l'histoire olympique est entré en vigueur mardi en Russie, en application d'un décret du président Vladimir Poutine, à un mois de la cérémonie d'ouverture des JO de Sotchi.

L'entrée de tous les automobilistes à Sotchi est désormais filtrée par la police et l'accès à cette ville de 350.000 habitants est interdit aux véhicules venant de l'extérieur ne disposant pas d'autorisation.

Ces mesures de sécurité exceptionnelles avaient été décidées de longue date pour faire face notamment à la menace d'attentats. Le chef de la rébellion islamiste du Caucase, Dokou Oumarov, avait appelé en juillet à empêcher la tenue des jeux de Sotchi "par tous les moyens".

Les craintes de voir des militants islamistes lancer des attaques pendant les jeux ont été renforcées par deux attentats suicide non revendiqués, attribués à des kamikazes, qui ont fait au total 34 morts les 29 et 30 décembre dans une gare et un trolleybus à Volgograd, une ville du sud de la Russie.

Quelque 37.000 policiers et des unités de l'armée de terre seront mobilisés pour assurer la sécurité des Jeux, le plus grand événement international organisé par la Russie depuis la chute de l'URSS en 1991. Un rendez-vous auquel tient particulièrement le président Poutine qui veut faire de ce rassemblement mondial une vitrine de la Russie.

Le dispositif de sécurité en place pour les JO, contrôlé par le puissant Service fédéral de sécurité (FSB), est encore plus sévère que celui en vigueur pendant les JO d'été de Pékin en 2008.

bfi/nm/jeb

PLUS:hp