NOUVELLES
08/01/2014 01:24 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Le chômage reste stable dans la zone euro et les ventes au détail progressent

LONDRES - Des lueurs d'espoir ont émergé mercredi de l'économie de la zone euro, permettant de croire que la reprise prendra de la vigueur cette année. Les données officielles ont confirmé la stabilisation du chômage et fait état de la plus importante croissance mensuelle des ventes au détail en 12 ans.

L'agence statistique officielle de l'Union européenne, Eurostat, a indiqué que le taux de chômage de la zone euro s'était maintenu à 12,1 pour cent en novembre pour un huitième mois, les rangs des sans-emploi s'étant grossis d'un maigre 4000 personnes pour atteindre un total de 19,24 millions.

Les ventes au détail ont, quant à elles, avancé de 1,4 pour cent, une hausse largement supérieure aux prévisions, plus modestes, d'environ 0,3 pour cent. C'était la plus importante hausse à ce chapitre depuis novembre 2001.

La plus grande partie de cette croissance trouvait son origine dans le gain de 2,1 pour cent de la France — où les consommateurs pourraient avoir effectué certains achats plus tôt que prévu en raison d'une hausse de la taxe de vente. Les analystes jugent malgré tout que ces chiffres témoignent d'une confiance accrue des ménages, qui estiment de plus en plus que le pire de crise financière est passé et que la reprise est bien installée.

Cette progression fait suite à deux mois de déclins et est répartie assez également dans la zone euro. Les économies de l'Espagne et du Portugal ont particulièrement bien fait, avec des gains respectifs de 1,9 et 3,1 pour cent.

Malgré les signes d'amélioration, la zone euro continue de faire face à d'énormes problèmes et la plupart des économistes croient qu'elle continuera à être la retardataire de l'économie mondiale. Cependant, peu s'attendent à ce que la Banque centrale européenne modifie sa politique monétaire lors de sa rencontre mensuelle de jeudi.

Les données de mercredi ont mis en évidence certains écarts dans la zone euro, qui comptait 17 membres en novembre — elle s'est élargie en accueillant la Lettonie au début de la nouvelle année.

Tandis que des pays comme l'Allemagne et l'Autriche ont des taux de chômage avoisinant les cinq pour cent, ceux qui se retrouve à l'avant-scène de la crise, comme la Grèce et l'Espagne, comptent un chômeur pour trois travailleurs.

Les décideurs espèrent que le retour à la croissance de la zone euro fera reculer le taux de chômage. Jusqu'à maintenant, la reprise de la zone euro de sa plus longue récession — mais pas sa plus prononcée — a été très maigre, mais la plupart des économistes s'attendent à une modeste accélération cette année. Même la Grèce semble en voie d'émerger de sa dépression de six ans qui a vu sa production économique totale diminuer de plus de 20 pour cent.

PLUS:pc