NOUVELLES
08/01/2014 04:36 EST | Actualisé 10/03/2014 05:12 EDT

Des dizaines de pompiers et de policiers inculpés dans une vaste fraude reliée aux attentats du 11 septembre

Getty

Plusieurs dizaines de pompiers et de policiers new-yorkais retraités ont été inculpés mardi de fraude présumée reliée à des pensions d'invalidité : un grand nombre d'entre eux auraient simulé un stress post-traumatique consécutif aux attentats du 11 septembre 2001.

L'enquête, ouverte il y a deux ans, implique au total 106 suspects dont les agissements remontent pour certains à la fin des années 1980, selon le procureur de Manhattan, Cyrus Vance.

« La somme totale détournée de l'argent des contribuables pourrait atteindre les 400 millions de dollars », a précisé le procureur Vance.

Un grand nombre des fraudeurs présumés auraient perçu des pensions d'invalidité allant de 30 000 à 50 000 dollars par an au motif d'incapacités de travail liées à des troubles psychiques qui, prétendaient-ils, les empêchaient de travailler, voire de quitter leur maison.

Mais les services du procureur ont diffusé des photographies des fraudeurs en train de faire de la motomarine, de piloter un hélicoptère ou de prendre des cours de judo.

D'après l'accusation, la fraude était organisée par quatre hommes qui ont aidé leurs collègues dans les démarches à effectuer auprès des services sociaux et leur ont appris à feindre les symptômes de ces désordres.

« Depuis 1988 au moins, ces hommes sont accusés d'avoir formé des centaines de personnes aux façons de convaincre l'administration de la sécurité sociale de leur incapacité totale de travailler », a dit Cyrus Vance.

Nombre d'entre eux ont invoqué les attentats du 11 septembre 2001 et la destruction des tours jumelles du World Trade Center, dans lesquels près de 3000 personnes ont trouvé la mort, comme facteur ayant déclenché leurs troubles psychiques.

« L'idée même que nombre d'entre eux aient choisi les événements du 11 Septembre pour prétendre à des pensions de handicap les déshonore davantage encore », a dit le chef de la police new-yorkaise, Bill Bratton.

INOLTRE SU HUFFPOST

Principaux attentats terroristes aux États-Unis