L'Eden Roc, un hôtel mythique de Miami Beach (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
Print Article
EDEN ROC
Courtoisie

De mon balcon au 17e, je contemple au loin une ligne un peu floue qui sépare le ciel de la mer. Toutes les teintes de bleu se côtoient. Le vent chaud souffle inlassablement emportant avec lui le bruit incessant des vagues. Il est à peine 6 h et quelques marcheurs sillonnent déjà la plage, profitant des rares instants où Miami est encore endormie. Le soleil se lève. Je me plais à penser à tous ceux qui avant moi ont scruté l’horizon à partir de cet hôtel mythique: Elizabeth Taylor, Jerry Lewis ou Sammy Davis Jr.

Bientôt les bruits de la ville reprendront; les rires des gens attablés aux terrasses, la musique joyeuse, les enfants qui jouent dans les piscines. On ne s’ennuie pas à Miami, c’est la fête tous les jours et depuis des décennies.

À la suite d'un ouragan dévastateur en 1926, Miami a vécu un boom immobilier sans précédent. Tout était à reconstruire. Les architectes se sont inspirés de la dernière Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de Paris et ont importé le style à la mode: l’Art déco. Depuis, Miami est devenu l’endroit au monde où sont regroupés le plus d’édifices de ce genre, plus de 800.

Les plus anciens bâtiments de ce style se retrouvent surtout dans l’Art déco District de South Beach. Ils sont issus de l’ère Tropical Art déco qui se reconnaît par ses bas reliefs représentant des formes végétales stylisées comme des palmiers ou des éléments de la faune tels les flamands roses. Les façades arborent surtout des couleurs pastel.

C’est en 1956 qu’Eden Roc voit le jour sur Collins Avenue près de la 44e avenue. Ce sont les années fastes de la « Magic City ». Miami attire les gens riches et les stars d’Hollywood. L’architecte vedette Morris Lapidus en assure le design. C’est aussi à lui que l’on doit le design de son principal rival et voisin, le réputé hôtel Fontainebleau.

L’Eden Roc, situé à Miami Beach, appartient à la période Steamline Moderne. Ce mouvement de l’Art déco vient après le Tropical Art déco et le style méditerranéen. Il est plus dépouillé, plus sobre. C’est aussi le plus récent. Il reprend des éléments des gros paquebots, dont la forme de la cheminée. C’est le retour aux lignes pures horizontales aux immenses courbes.

Rénové et agrandi depuis, l’Eden Roc a conservé ses planchers de terrazzo, sa grande enseigne à néon et plusieurs autres éléments originaux. C’est qu’à Miami Beach, les autorités règlementent les travaux de rénovation des monuments historiques.

Aujourd’hui, quand on pénètre dans l’immense hall de l’Eden Roc, on imagine sans peine les dames élégantes descendre du fameux « stairway to nowhere », cet escalier qui n’avait pour but que de permettent aux dames de présenter leurs belles robes.

Ce fameux escalier mène aujourd’hui au Elle spa, l’unique spa conçu en collaboration avec le magazine du même nom. Le décor est fascinant. Les pierres naturelles sont omniprésentes sur les planchers. Des épiphytes mis en scène par une artiste de Miami sont accrochés aux murs et aux plafonds ou servent de crinières à des sculptures de licornes. Les salles de massages sont luxueuses et baignées de lumière bleu ou rouge. On y trouve aussi un salon de repos dont le décor semble tout droit sorti d’un magazine de décoration.

La visite de l’Eden Roc atteint son apogée à son tout nouveau restaurant dont l’inauguration est imminente, le 15 Steps. Le resto est dirigé par un chef originaire de Seattle qui s’est vu décerner de nombreuses reconnaissances pour ses efforts de développement durable. Le chef exécutif Mark Henry propose une cuisine « de la Ferme à la table », des produits locaux d’une fraîcheur exceptionnelle. Les légumes et les herbes proviennent pour la plupart d’un jardin situé sur le toit de l’hôtel et de producteurs de la région. Presque tout est bio. Une excellente table, très raffinée.

Le Cabana Beach Club, un autre restaurant, est situé presque sur la plage. Il offre une cuisine aux saveurs antillaises et des cocktails exotiques revisités, tels que le champagne mojito, le Capri cooler, le vintage colada, le Brazilian Wax ou le Liz Taylor.

De notre chambre on entend les gens rire et s’amuser, le soleil est maintenant couché depuis des heures. Il suffit de fermer les grandes portes vitrées et la pièce retrouve le silence. Une immense baignoire à remous nous attend. Les draps soyeux nous appellent et les souvenirs heureux se mêleront aux rêves de croire que l’on restera encore un peu. I love Miami.

EN IMAGES: (Suite du texte dessous)

L'Eden Roc, un hôtel mythique de Miami Beach
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

À SAVOIR

Comment s’habiller?

À Miami Beach, on s’habille sexy, c’est la norme. Les talons ne sont jamais trop hauts, ni la jupe trop courte et la robe soleil très longue est aussi très populaire en ce moment. Les bijoux sont brillants ou extravagants. On aime le chic et les accessoires griffés.

Les rues à ne pas manquer

- Ocean Drive, pour les terrasses, la fête et la proximité de la plage. On y retrouve une faune bigarrée : danseuses à gogo, travestis, jolies filles en maillot, motards hypertatoués sur leurs engins modifiés, millionnaires dans leurs voitures de luxe. Le tout sous un tintamarre de musique festive.

- Collins Avenue, pour les édifices Art déco et les hôtels chics où prendre l’apéro.

- Lincoln Mall road, pour les boutiques et les bons restos.

Les quartiers d’intérêt

- Windwood Art district, pour les galeries d’art et les ateliers d’artistes. Jamais le matin.

- Miami Design district, pour les magasins de meubles design.

- Ball Harbour, pour les boutiques de designers très haut de gamme.

Un cocktail

On rapporte à la maison un petit souvenir pour prolonger le voyage, la recette du cocktail vintage Liz Taylor d’Eden Roc:
Couper 3 à 4 morceaux de lime fraîche, ajouter une poignée de morceaux de poires, 5 à 6 feuilles de menthe et un soupçon de sirop simple. Bien écraser avec un pilon, ajouter 2 onces de Vodka à la poire et terminer avec un peu de champage rosé. Cheers!

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.