NOUVELLES
07/01/2014 01:23 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Un autre contrat échappe à l'usine Bombardier de La Pocatière

L'usine Bombadier de La Pocatière n'assemblera pas les 365 voitures destinées à une société de transport de la région de San Francisco. C'est à Plattsburgh, dans l'État de New York, que la commande de 639 millions de dollars américains sera réalisée.

Selon le directeur général du Centre local de développement (CLD) de Kamouraska, Sylvain Thiboutot, cette annonce est une conséquence directe du Buy American Act.

Cette mesure protectionniste empêche les entreprises canadiennes de soumissionner pour l'obtention de contrats publics financés en partie par le plan de relance du gouvernement américain.

« C'est le Buy American Act qui amène cette espèce de nouvelle donne dans le marché où c'est plus difficile pour nous, au Québec, d'avoir les retombées des contrats américains », déplore M.Thiboutot.

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, abonde dans le même sens. Selon lui, l'usine du Bas-Saint-Laurent doit se réinventer puisqu'elle n'a plus l'expertise nécessaire pour faire face au Buy Américan Act, renforcé par le président Barack Obama.

« On aura peut-être plus de gros, gros contrats. Si au moins on était capable d'avoir une expertise spécifique à La Pocatière qui pourrait desservir des contrats, quand même que ce soit le tiers ce serait parfait. Ce n'est pas le cas à ce moment-là », affirme le maire.

Le président du syndicat des travailleurs de Bombardier La Pocatière, Mario Lévesque, ajoute que les employés ne sont pas vraiment surpris de l'octroi de ce contrat aux États-Unis.

« Bombardier a été très clair là-dessus que les contrats américains vont maintenant être faits là-bas. L'expertise, c'est certain que notre expertise ne reviendra plus ici », affirme M. Lévesque.

Il ajoute que l'usine de La Pocatière fabrique actuellement des pièces pour l'usine de Plattsburgh, mais ne fait plus de montage de caisses des voitures. « À l'avenir, est-ce qu'on va devenir une usine sous-traitante pour les usines de Plattsburgh? C'est ça qui est inquiétant », affirme-t-il.

L'entente avec la San Francisco Bay Area Rapid Transit District (BART) a été conclue en vertu d'un contrat signé en 2012. Cet ajout de 365 voitures porte à 775 le nombre de voitures commandées à Bombardier.

PLUS:rc