NOUVELLES
07/01/2014 06:28 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Un Américain détenu aux Emirats très bientôt libéré (département d'Etat)

Les Etats-Unis ont annoncé mardi la libération prochaine par les Emirats arabes unis d'un Américain condamné à Abou Dhabi à un an de prison pour avoir diffusé sur YouTube une vidéo considérée comme une atteinte à l'image du pays.

La porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki a indiqué dans un bref courrier électronique que Washington avait été informé du "transfèrement de (Shezzane) Cassim vers un centre d'expulsion". "Nous savons que ce processus (d'expulsion) prendra quelques jours, au terme desquels il retournera aux Etats-Unis", a expliqué Mme Psaki.

La responsable a souligné que M. Cassim, condamné à un an de prison le 23 décembre par la Cour de sûreté de l'Etat d'Abou Dhabi, allait bénéficier d'une remise de peine en raison "de sa période de détention avant son procès" et "pour bonne conduite".

Les Etats-Unis ont fourni à leur ressortissant emprisonné une assistance consulaire, des fonctionnaires de l'ambassade à Abou Dhabi lui ayant "rendu visite régulièrement" et devant le refaire "le 8 janvier", selon Mme Psaki.

Shezzane Cassim avait été condamné à un an de prison et à une amende de 10.000 dirhams (2.700 dollars) pour atteinte à l'image des Emirats arabes unis.

Une Canadienne, une Britannique et un Américain avaient été également condamnés à la même peine, mais en leur absence.

Neuf personnes étaient jugées pour avoir placé sur YouTube une vidéo ridiculisant une partie de la jeunesse de Dubaï.

Dans cette vidéo parodique de 19 minutes, M. Cassim, un jeune homme employé de PriceWaterHouseCoopers et vivant aux Emirats depuis 2006, se moque des adolescents du quartier de Satwa à Dubaï, qui jouent les durs tout en étant inoffensifs.

Originaire du Minnesota (nord), Shezzane Cassim est détenu dans une prison de haute sécurité à l'extérieur d'Abou Dhabi.

Le département d'Etat avait plusieurs fois fait part de ses inquiétudes concernant la législation des Emirats sur la cybercriminalité et évoqué régulièrement le cas de son ressortissant auprès des autorités.

nr/mdm

PLUS:hp