DIVERTISSEMENT
07/01/2014 01:27 EST | Actualisé 07/01/2014 03:56 EST

Musique de «Trauma» : des bonnes reprises de Cœur de pirate

MONTRÉAL - La cinquième trame sonore de la télésérie québécoise Trauma sera portée par la voix de Cœur de pirate, qui a choisi d’interpréter, de manière convaincante, des chansons anglophones écrites par de grandes pointures de la musique.

À l’été 2013, l’auteure Fabienne Larouche a proposé a Béatrice Martin, alias Cœur de pirate, de prendre la relève de Martha Wainwright, Ariane Moffatt et Pascale Picard.

« Elle m’a rencontrée et tout est allé très vite, raconte Cœur de pirate en entrevue. L’ensemble du projet s’est très bien passé. C’est probablement l’enregistrement le plus relaxe que j’ai jamais fait de ma vie, lance-t-elle en riant. On a eu pas mal carte blanche. Il y avait quelques petites contraintes à respecter, mais j’ai quand même eu énormément de liberté. Par exemple, Fabienne avait déjà choisi quelques morceaux comme Lucille de Kenny Rogers et Last Kiss (popularisé par Pearl Jam) de Wayne Cochran. »

En fait, ces contraintes s’expliquent surtout en raison de certaines nécessités techniques comme le nombre d’épisodes durant la saison et le besoin d’obtenir des pièces dépouillées pour qu’elles accompagnent bien l’univers déjà créé par les personnages de Trauma.

Dans l’intimité

Avec l’aide de son fidèle comparse Renaud Bastien, Cœur de pirate propose de délicats arrangements de piano, orgue, guitares, violoncelle et batterie.

« Ça se promène du piano/voix à certaines chansons qui sont plus arrangées avec d’autres instruments, indique Renaud Bastien, qui a coréalisé l’album avec Cœur de pirate. C’est quand même assez light […] On a d’abord travaillé sur les arrangements (en octobre) ensuite nous sommes allés en studio (celui de Pierre Marchand) trois semaines pour l’enregistrement et le mixage. Nous avons livré tous les instruments (excepté le violoncelle) à deux. »

« C’était une suite logique à nos projets dans le fonds, renchérit Béatrice Martin. Même que nous avions déjà un autre projet sur la table pour février (bien qu’elle préfère garder l’effet de surprise pour plus tard, nous comprenons dans une discussion ultérieure qu’elle prépare un nouvel album). Ce qui a beaucoup facilité notre travail est l’attitude très positive de Fabienne. Chaque maquette était reçue avec enthousiasme de sa part. Elle a même accepté notre désir d’ajouter quelques autres instruments au concept voix/piano envisagé au départ. Elle a aussi respecté notre envie de faire ça do-it-yourself en studio. »

Dans l’ambiance très intime d’un (quasi) huis-clos, Béatrice Martin et Renaud Bastien auront donc concocté cet univers chaleureux et prenant qui met à jour une jeune chanteuse plus affirmée, qui délaisse un peu l’aura de « fille » qui caractérise souvent ses précédentes productions. Que ce soit sur les reprises de Last Kiss (Wayne Cochran), Slow Show (The National) ou encore You Know I’m No Good (Amy Winehouse) on sent que Béatrice Martin est autre chose que cette Cœur de pirate souvent à fleur de peau.

Peut-être que cette « maturité » dans la voix (de meilleure qualité selon nous) s’explique entre autres par cette tournée de concerts piano/solo que Cœur de pirate a donnés l’année dernière.

Des grands noms, autrement

La liste des interprètes est impressionnante : The Libertines, Tom Waits, Nancy Sinatra, Rolling Stones, Kate & Anna McGarrigle, Patrick Watson, Kenny Rogers… Et le résultat convaincant. Bien qu’il ne soit pas facile de rendre la voix profonde de Wayne Cochran, Cœur de pirate s’en sort bien sur l’ensemble des chansons. En autant que l’on adhère au travail de Béactrice Martin, bien entendu. Ces dites chansons sont d’autant plus intéressantes que Béatrice Martin a choisi certaines pièces « un peu plus obscures d’artistes (Tom Waits, The National, Pearl Jam) connus », ce qui crée un certains effet d’étonnement à la première écoute.

Autre élément gagnant de cette trame sonore, les morceaux sont passablement déconstruits et réarrangés à la façon Cœur de pirate. Une approche qui fonctionne bien et qui semblait importante aux yeux de celle-ci. En effet, ce projet strictement organique propose une esthétique qui se marie bien avec l’ensemble des pièces, même si le genre musical peut grandement varier d’un morceau à l’autre.

D’ailleurs, cet album saura peut-être gagner le respect de certains mélomanes qui ne manifestent guère d’intérêt pour le travail de Cœur de pirate en général. Chose certaine, le défi lancé par Fabienne Larouche a été relevé de belle façon. Cette forme d’hommage offert à différents artistes anglophones est également une sympathique manière de sortir du travail habituel de Cœur de pirate : « Ça peut donner l’occasion à des gens de connaître d’autres artistes à travers ma voix. »

Force est d’admettre par ailleurs que Fabienne Larouche tout comme Cœur de pirate ont gagné dans cette aventure: la chanteuse est extrêmement populaire ici comme en France (où le disque sera diffusé également), ce qui ne peut que contribuer à faire découvrir davantage la télésérie. Pour ce qui est des chansons anglophones, elles permettront sans doute à Béatrice Martin de charmer encore plus les Américains.

Au Québec, l’album sera disponible en magasin le 14 janvier 2014. Quant à la France, il sera sur les rayons le 27 janvier.

La trame sonore de Trauma, signé Coeur de pirate, est en primeur sur Espace.mu à l'adresse suivante : espace.mu/trauma

Les chansons de la trame sonore Trauma

Ain't No Sunshine (Bill Wethers)

Heartbeats Accelerating (Kate & Anna McGarrigle)

Summer Wine (Nancy Sinatra)

You Know I'm No Good (Amy Winehouse)

Music When The Lights Go Out (The Libertines)

Last Kiss (Wayne Cochran)

Lucille (Kenny Rodgers)

Slow Show (The National)

Bottom Of The World (Tom Waits)

Dead Flowers (Rolling Stones)

The Great Escape (Patrick Watson)

Flume (Bon Iver)

À VOIR AUSSI:

Coeur de pirate à l'Église Sainte-Rose (17 mai 2013)

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.