NOUVELLES
07/01/2014 02:12 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

« La plus grosse déception de ma vie » - Laurent Dubreuil

« C'est la plus grosse déception de ma vie. Ça va peut-être être la plus grande déception de ma carrière quand je vais avoir pris ma retraite. » Laurent Dubreuil accepte difficilement de ne pas avoir obtenu son billet pour les Jeux de Sotchi, alors qu'il était le plus grand espoir parmi les patineurs de Québec.

La semaine dernière à Calgary, l'athlète de Lévis de 21 ans n'a pas réussi à se classer aux sélections olympiques canadiennes, alors que son collègue de Québec, Muncef Ouardi, a créé la surprise en obtenant son premier laissez-passer pour des Olympiques à 27 ans.

Laurent Dubreuil explique difficilement sa défaite notamment au 500 mètres, sa distance de prédilection. Mais les courses ont été extrêmement serrées.

« On peut l'expliquer de plein de façons. C'est tout de ma faute, ce n'est pas un sport de chance le longue piste. On ne peut pas mettre ça sur la chance, c'est vraiment moi. Dans le premier 500, j'ai eu une perte d'équilibre dans le deuxième virage », souligne l'athlète rencontré lors d'un entraînement à l'anneau de glace Gaétan Boucher, mardi.

Une chose est sûre, le jeune patineur qui détient le record mondial junior ne baisse pas les bras. Au contraire, cette défaite le poussera à redoubler d'efforts.

Muncef Ouardi sur un nuage

Contre toutes attentes, son ami et partenaire d'entraînement, Muncef Ouari a surpris tout le monde en obtenant sa place sur l'équipe olympique aux épreuves de 500 mètres et de 1000 mètres. Muncef avait pourtant connu une année difficile en raison des blessures.

« C'est un bonheur, un gros bonheur, je suis sur un nuage », lance le patineur d'origine marocaine.

Il est arrivé déterminé aux sélections olympiques, mais sans pression. « Quand tu n'as rien à perdre, tu n'as aucune pression, personne ne s'attend à te voir là, tu le fais pour toi, tu profites vraiment du moment, Et je pense que c'est comme ça qu'on est capable de donner notre 100 % finalement », raconte-t-il.

Tout en savourant sa victoire, Muncef Ouari a eu une pensée pour son coéquipier qui ne sera pas du voyage avec lui. « C'est sûr que quand je me suis classé, j'ai eu une petite pensée pour lui, un petit pincement au coeur parce que j'aurais vraiment aimé mieux partager l'expérience avec lui et parce que c'est ensemble qu'on s'est rendus là », indique-t-il.

Bien malgré lui, Laurent Dubreuil suivra donc les Jeux de Sotchi à la télé en espérant le meilleur pour Muncef et en gardant en tête les Jeux de 2018. « D'arriver comme ça, la journée de la course, puis de performer, probablement la meilleure journée de course de sa vie, au bon moment, c'est vraiment inspirant, c'est impressionnant », dit-il en faisant référence à son coéquipier.

PLUS:rc