NOUVELLES
07/01/2014 10:23 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

La police bangladaise arrête trois militants de l'opposition

DACCA, Bangladesh - La police bangladaise a mené des perquisitions et arrêté trois membres importants de l'opposition mardi, exacerbant encore davantage les tensions politiques dans la foulée d'une élection générale violente.

Le parti au pouvoir a facilement remporté dimanche un vote entaché par des violences dans la rue, une faible participation et un boycottage de l'opposition.

La première ministre Sheikh Hasina a indiqué lundi qu'elle souhaite en priorité s'attaquer à la violence avec «une main de fer». Le premier devoir du gouvernement, a-t-elle dit, est de protéger la vie et la propriété, de maintenir la paix et la stabilité, et d'empêcher toute violence post-électorale.

Khandaker Muhbub Hossain, un avocat bien connu et un conseiller de la leader de l'opposition Khaleda Zia, a été épinglé devant le Cercle national des journalistes à Dacca, où il venait de participer à une discussion pendant laquelle le gouvernement a été dénoncé.

Nazimuddin Alam, un parlementaire du Parti nationaliste du Bangladesh de Mme Zia, et un autre responsable, Fazlul Huq, ont aussi été interpelés lors de perquisitions menées dans le secteur de Baridhara, à Dacca.

On ne sait pas si les trois hommes ont été arrêtés ou si des accusations seront déposées contre eux. De nombreux autres dirigeants de l'opposition sont déjà en prison, où ils sont soupçonnés d'avoir suscité l'anarchie et provoqué la violence.

La Ligue Awami de Mme Hasina a remporté 232 des 300 sièges en jeu.

Au moins 18 personnes ont été tuées dimanche quand la police a ouvert le feu contre des manifestants, et des militants de l'opposition ont incendié une centaine de bureaux de scrutin. Trois autres personnes ont été tuées lundi.

PLUS:pc