NOUVELLES
07/01/2014 03:43 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Kennedy a envisagé une intervention pour renverser un ex-président brésilien (archives de presse)

John F. Kennedy, assassiné en 1963, avait envisagé la possibilité d'une intervention militaire au Brésil, un an avant le coup d'Etat qui a renversé Joao Goulart et mis en place une dictature de 21 ans dans ce pays.

Un enregistrement audio de l'ancien président américain a été publié sur le site internet Archives de la Dictature (http://arquivosdaditadura.com.br) du journaliste Elio Gaspari, qui est parvenu à rassembler une importante collection de documents portant sur l'instauration du régime militaire en 1964.

Au cours d'une réunion à la Maison Blanche, le 7 octobre 1963, soit 46 jours avant son assassinat, M. Kennedy a demandé à son ambassadeur à Brasilia Lincoln Gordon : "Voyez-vous une situation proche dans laquelle nous pourrions intervenir militairement ?", d'après la transcription publiée sur cette page web.

Il y a une "éventualité dangereuse qui requiert sans doute une action rapide", répond brièvement le diplomate.

Dans la même discussion, M. Gordon avait toutefois auparavant déclaré que la Maison Blanche devait attendre des actions plus claires témoignant d'un virage vers le modèle cubain de Fidel Castro pour justifier une intervention au Brésil.

Une telle opération n'a pas été nécessaire, les militaires brésiliens favorables à Washington ayant pris le pouvoir en avril 1964 et renversé M. Goulart. Les Etats-Unis se sont empressés de reconnaître le gouvernement militaire qui restera en place jusqu'en 1985.

La conversation, d'après le site internet, a eu lieu pendant une réunion de deux jours de M. Kennedy avec les membres de son gouvernement pour discuter de la situation au Brésil et au Vietnam.

Le document audio fait partie d'un ensemble d'enregistrements clandestins réalisés à partir de 1962 par M. Kennedy lui-même au cours de toutes ses réunions. En 2012, la bibliothèque John F. Kennedy de Boston a rendu publiques 45 heures de ces enregistrements faits par le président dans les trois mois ayant précédé sa mort.

Désigné sous le nom de "Jango" par ses concitoyens, l'ex-président Joao Goulart a dirigé le Brésil de 1961 à 1964. Après le coup d'Etat, il s'est exilé en Uruguay, puis en Argentine.

A la demande de ses proches, son corps a été exhumé en Argentine en novembre dernier pour tenter d'établir s'il avait été empoisonné il y a 37 ans dans le cadre de l'Opération Condor, un programme de répression militaire des opposants dans les pays du cône sud-américain. Les expertises sont en cours actuellement.

A son arrivée au Brésil, la dépouille de M. Goulart a reçu les honneurs posthumes de chef d'État et le Parlement lui a restitué son mandat présidentiel qui a avait été annulé en 1964.

jt/cdo/ag/bds

PLUS:hp