NOUVELLES
07/01/2014 09:02 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Inde: procès en vue pour un Français accusé de viol sur sa fille

Un juge indien a ordonné la comparution devant un tribunal d'un agent consulaire français, Pascal Mazurier, accusé par sa femme de viol sur leur fillette de trois ans, a indiqué mardi le procureur à l'AFP.

La décision est intervenue lundi après que le juge eut rejeté la demande de non lieu de M. Mazurier qui estimait que les preuves n'étaient pas réunies pour le renvoyer devant un tribunal.

"Je suis profondément déçu de cette décision", a réagi M. Mazurier auprès de l'AFP depuis Bangalore (sud) où l'affaire est instruite.

Le juge Shubha Gowdar a estimé que les éléments étaient suffisants pour la tenue d'un procès et une audience aura lieu le 24 janvier pour déterminer les chefs d'accusation, a indiqué à l'AFP le procureur B.T. Venkatesh.

Numéro trois du consulat français de Bangalore, Pascal Mazurier a effectué près de quatre mois de détention provisoire en Inde après la plainte en juin 2012 de Suja Jones, son épouse d'origine indienne, qui l'accuse d'avoir violé leur fille de trois ans. Il a toujours nié.

La justice indienne l'avait libéré sous caution en octobre 2012 avec interdiction de quitter Bangalore et en confisquant son passeport.

Devant le tribunal de Bangalore, les avocats de M. Mazurier ont estimé que les expertises ADN prouvaient que leur client était innocent du crime dont l'accuse son épouse.

"Nous avons avancé qu'il y avait des accusations suffisamment fondées pour prouver l'implication de l'accusé", a dit de son côté le procureur Venkatesh à l'AFP.

L'accusation a en particulier estimé que les accusations de viol portaient sur une période de temps et que par conséquent l'ADN n'est pas un élément disculpant M. Mazurier, a-t-il ajouté.

Les avocats de l'agent consulaire français avaient été reçus à l'Elysée en février 2013 peu avant la venue de François Hollande en Inde pour attirer l'attention de la présidence sur le sort des trois enfants du couple, tous de nationalité française.

Les avocats de la femme de M. Mazurier avaient à l'époque écrit au Quai d'Orsay pour dénoncer le soutien excessif dont bénéficierait M. Mazurier de la part des autorités diplomatiques françaises.

str-pmc/ef/fw

PLUS:hp