NOUVELLES
07/01/2014 07:55 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Incendie au consulat de Chine à San Francisco: un suspect inculpé

Un homme d'origine chinoise a été arrêté par la police américaine puis inculpé pour avoir mis le feu à l'entrée du consulat de Chine à San Francisco le 1er janvier, un incident qui a poussé Pékin à dénoncer une "défaillance sécuritaire".

Yan Feng, titulaire d'un permis de séjour américain, s'est rendu de lui-même à la police vendredi. Il a été inculpé pour avoir "déclenché des engins incendiaires ou explosifs à proximité de l'entrée du consulat chinois de San Francisco le 1er janvier, causant d'importants dégâts", selon l'acte d'accusation cité par le FBI (police fédérale) dans un communiqué diffusé lundi soir.

A en croire le San Francisco Chronicle, le suspect n'a pas agi pour des motifs politiques mais parce qu'il "entend(ait) des voix".

L'attaque contre le bâtiment s'est produite le soir du Nouvel An. L'assaillant a lancé "deux seaux d'essence contre la porte du consulat et y a mis le feu, provoquant des dégâts matériels importants", avait indiqué un porte-parole du consulat juste après l'incident.

Le consulat était à ce moment-là fermé au public, mais quelques employés y travaillaient.

A Washington, le département d'Etat avait fait part de sa "profonde préoccupation" et promis de retrouver puis traduire en justice l'auteur de l'attaque.

Selon la presse américaine, ce consulat avait déjà été la cible d'un incendie criminel similaire en mars 2008.

Dans la foulée de l'incendie du Nouvel An, un journal de la presse officielle chinoise a reproché aux Etats-Unis une "défaillance sécuritaire".

"Compte tenu de la récurrence de tels faits, le gouvernement américain peut difficilement se décharger de toute responsabilité", a affirmé le quotidien Global Times, étroitement lié au Parti communiste chinois.

mt/gde/fw

PLUS:hp