NOUVELLES
07/01/2014 06:20 EST | Actualisé 09/03/2014 05:12 EDT

Concorde : l'offre d'achat des Résidences Soleil acceptée sous conditions

Radio-Canada

Les Résidences Soleil pourraient acheter l'hôtel Loews Le Concorde. Le propriétaire Eddy Savoie a affirmé à Radio-Canada mardi que son offre d'achat avait été acceptée par la direction de Loews à New York. L'offre est toutefois conditionnelle à ce que la Ville de Québec autorise de modifier la vocation de l'hôtel en résidence pour personnes âgées autonomes.

« On est très très fiers, puis on espère avoir de bonnes nouvelles de la Ville de Québec qui vont permettre qu'on puisse faire une belle résidence Soleil dans la grande ville de Québec », a commenté M. Savoie.

Or, l'approbation du projet par la Ville n'est pas chose faite. Le maire Régis Labeaume a déjà souligné qu'il ne voulait pas d'une résidence pour personnes âgées sur la Grande Allée.

Eddy Savoie a déjà présenté son projet au directeur des grands projets de la Ville. Il soutient que la clientèle des Résidences Soleil est active et stimulera l'activité économique dans le secteur.

Le projet ne nécessite pas de changement de zonage. L 'homme d'affaires n'attend plus que le feu vert de la Ville. « On attend que la Ville nous dise "nous on est d'accord pour qu'il y ait une résidence", c'est tout. On espère que ça va être bien reçu, parce qu'on en a jamais trop d'endroits pour garder nos gens qui avancent en âge », souligne-t-il.

350 appartements

Si la transaction se concrétise, Eddy Savoie projette d'investir entre 25 et 30 millions de dollars pour rénover l'immeuble. Il veut créer environ 350 appartements pour personnes âgées d'une à quatre pièces et demi à prix abordables. La résidence offrirait le même genre de services que les autres, dont  un mini-golf et des allées de bowling. Il compte également conserver le restaurant rotatif pour ses résidents.

Il n'exclut pas d'engager des employés actuels de l'hôtel. « C'est fort possible qu'on en réembauche, parce que nous aurons une centaine d'employés. »

L'homme d'affaires n'a pas voulu mentionner le montant de la transaction.

Le syndicat des employés de l'hôtel n'avait pas été mis au courant de cette transactio