NOUVELLES

Un ex-conseiller municipal David Soknacki se présente contre Rob Ford à la mairie de Toronto

06/01/2014 03:06 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST
THE CANADIAN PRESS
Toronto Mayor Rob Ford speaks from the council chamber as councillors look to pass motions to limit his powers on Monday November 18, 2013.THE CANADIAN PRESS/Chris Young

TORONTO - L'ancien conseiller municipal David Soknacki s'est lancé dans la course à la mairie de Toronto, lundi, devenant ainsi le premier candidat à affronter le maire sortant.

Rob Ford a officiellement déposé sa candidature jeudi, s'assurant d'être le premier en file à l'hôtel de ville au premier jour de l'enregistrement des candidatures pour les élections municipales du 27 octobre.

Le maire a affirmé avoir l'intention de remporter un nouveau mandat pour diriger la ville la plus peuplée du pays, malgré une année difficile lors de laquelle il a admis avoir fumé du crack alors qu'il était en état d'ébriété, entre autres incidents.

M. Soknacki, qui était responsable du budget lorsqu'il siégeait au conseil municipal, a expliqué qu'il voulait établir des normes plus élevées pour le poste de maire de Toronto, appelant à plus d'ouverture et de transparence.

Les autres candidats de haut niveau pressentis à la mairie comprennent la députée néo-démocrate Olivia Chow (veuve de Jack Layton et ancienne conseillère municipale de Toronto), l'ancien chef du Parti progressiste-conservateur ontarien John Tory, ainsi que les conseillers municipaux Karen Stintz et Denzil Minnan-Wong.

Aucun de ces candidats potentiels n'a encore déposé officiellement sa candidature, mais Mme Stintz a déjà annoncé son intention de se présenter. Les candidats ont jusqu'au 12 septembre pour se manifester.

Le maire Ford a catégoriquement refusé de prendre un congé autorisé ou de démissionner depuis les allégations qui ont fait surface au mois de mai, voulant qu'il apparaisse dans une vidéo en train de fumer du crack.

La police a affirmé avoir récupéré la vidéo en octobre, mais a refusé de la rendre publique. Quelques jours plus tard, Rob Ford a admis avoir consommé du crack alors qu'il était maire.

En novembre, le conseil municipal de Toronto a voté pour le dépouiller de la plupart de ses pouvoirs, le laissant avec des responsabilités essentiellement honorifiques.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Rob Ford ne démissionnera pas