NOUVELLES
06/01/2014 06:41 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Pont de Québec : deux citoyens tentent de relancer le débat

Un couple de Québec a investi 6 000 $ dans l'achat d'une pleine page publicitaire, dans le quotidien Le Soleil de samedi pour réclamer des investissements dans la restauration du pont de Québec.

Une initiative audacieuse, assez inhabituelle et plutôt coûteuse, mais que ses auteurs, George et Thérèse Lacroix, jugeaient primordiale. Non seulement parce qu'il s'agit d'un patrimoine à protéger, mais aussi pour des raisons de sécurité.

« Simplement pour moi, égoïstement, je passe une fois de temps en temps puis, chaque fois, il me semble que je ne sais pas si je dois passer vite, vite », raconte George Lacroix.

Selon le député du NPD dans Louis-Hébert, Denis Blanchette, cette action, si elle a de quoi surprendre est à la mesure de l'exaspération des citoyens.

« J'ai fait campagne en 2006, 2008, 2011 et un de mes thèmes, c'était justement l'entretien du pont de Québec. Je ne voudrais pas, en 2015, qu'on continue là-dessus. Quatre élections là-dessus c'est trop. Il y a quelqu'un, quelque part, qui ne prend pas ses responsabilités qui ne met pas ses culottes », lance-t-il.

Or, selon Mario Fafard, chercheur du Département de génie civil et génie des eaux de l'Université Laval, il importe de faire confiance aux ingénieurs qui suivent l'état du pont de près.

« Ils ne peuvent pas se permettre d'avoir un pont qui tombe, parce qu'ils vont être poursuivis en justice, ce serait un manque en déontologie de l'Ordre des ingénieurs du Québec. Je suis certain, à mon avis, le pont est sécuritaire », dit-il.

Il importe toutefois, précise-t-il, que les autorités compétentes s'entendent et qu'une action soit entreprise à court terme.

« Il n'y a pas lieu de s'inquiéter, mais il faut faire quelque chose bientôt. En plus, c'est une merveille du monde. C'est le plus haut pont cantilever au monde. Il faut absolument faire quelque chose assez rapidement », conclut-il.

PLUS:rc