NOUVELLES
06/01/2014 10:12 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Cuba: niveau de répression en 2013 quasi identique à 2012 (opposition)

Le nombre d'interpellations arbitraires pour des raisons politiques à Cuba a atteint une moyenne mensuelle de 536 en 2013, contre 550 en 2012, a annoncé lundi un groupe d'opposition en dénonçant une "inacceptable répression politique".

Avec un mois de décembre record en 2013 (1.123 arrestations), le nombre d'interpellations a atteint 6.424 l'an passé contre 6.602 en 2012.

"Même si presque toutes ces interpellations n'ont duré que de quelques heures à plusieurs jours, elles illustrent de manière éloquente l'inacceptable situation de répression politique et de violation massive des droits civiques qui continue de régner à Cuba", juge le Commission cubaine des droits de l'homme et de la réconciliation nationale (CCDHRN).

"Le niveau de violence physique employée en décembre par les unités de répression et les groupes para-policiers contre des dissidents pacifiques a été un des plus élevés de ces dernières décennies", ajoute la Commission, une organisation illégale mais tolérée par les autorités communistes cubaines.

"Outre les interpellations, 179 dissidents ont été agressés physiquement lors de 23 incidents", ajoute la Commission dans son rapport mensuel.

"Rien ne permet de penser que cette tendance va s'inverser en 2014 ou dans les années suivantes, à moins de développements imprévisibles à court ou moyen terme, tant qu'il n'existera pas des facteurs, dans et hors de Cuba, qui puissent dissuader le gouvernement cubain de faire usage de son énorme capacité répressive et le fassent accepter les normes internationales de respect des droits fondamentaux de la personne", conclut la Commission.

Il n'existe pas d'opposition légale à Cuba où les dissidents sont généralement considérés comme des "mercenaires" à la solde des Etats-Unis.

jhd/ag/ml

PLUS:hp