NOUVELLES
06/01/2014 01:29 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Bombardier met temporairement à pied quelque 300 employés aux États-Unis

MONTRÉAL - L'année 2014 ne commence pas comme prévu pour Bombardier (TSX:BBD.B), qui doit mettre temporairement à pied près de 10 pour cent de l'effectif, soit 300 personnes, à son usine américaine de Wichita, dans l'État du Kansas.

Il s'agit principalement d'employés qui oeuvrent sur le programme des avions d'affaires Learjet 70 et 75 de l'avionneur montréalais.

Les conditions difficiles qui prévalent dans le segment des avions d'affaires sont principalement à l'origine de cette décision, a expliqué lundi une porte-parole de Bombardier, Annie Cossette.

«Ça fait quand même assez longtemps que ça dure, a-t-elle indiqué. On sait que le marché qui fonctionne mieux actuellement est celui des appareils un peu plus spacieux, comme le Challenger et le Global (deux autres appareils de Bombardier).»

En entrevue, Mme Cossette a précisé que l'annonce avait été faite à l'interne vendredi dernier aux installations américaines de Bombardier. La porte-parole était cependant dans l'impossibilité d'identifier précisément les postes qui seront touchés par ces compressions.

Selon elle, les employés concernés par ces mises à pied, qui devraient se faire pendant la première moitié de 2014, devraient être avisés d'ici la fin du mois.

La porte-parole de Bombardier a indiqué que les conditions du marché des avions d'affaires demeurent «précaires». «Nous voyons des signes d'amélioration dans l'économie américaine, mais en général, les conditions de marché ne se sont pas améliorées comme nous le pensions», a-t-elle dit.

Mme Cossette n'a pas voulu indiqué l'état du carnet de commandes de l'avionneur concernant le Learjet 70 et 75.

«Le marché des avions d'affaires est très concurrentiel, a affirmé la porte-parole. Nos rivaux ont tous des produits en développement alors nous voulons protéger ces informations.»

Néanmoins, au troisième trimestre qui s'est terminé le 30 septembre dernier, Bombardier avait livré 36 avions d'affaires, excluant les appareils du programme de multipropriété Flexjet, soit sept de moins qu'à la même période en 2012.

Les employés de Bombardier qui travaillent à Dorval, Mirabel ainsi qu'à Toronto pour l'assemblage et la finition des appareils Global et Challenger, deux autres modèles d'avions d'affaires de l'entreprise, ne sont pas concernés par les mises à pied temporaires effectuées à Wichita.

Ces installations américaines représentent également un important site d'essais en vol pour Bombardier.

Des essais en vol du nouvel appareil CSeries pourraient même avoir lieu à Wichita plutôt qu'à Mirabel si Dame Nature refuse de collaborer au Québec au cours de l'hiver, avait indiqué le mois dernier le vice-président et directeur général du programme de la CSeries, Rob Dewar.

À la Bourse de Toronto, lundi, le titre de Bombardier a rendu 4 cents pour clôturer à 4,59 $.

PLUS:pc