NOUVELLES
06/01/2014 11:30 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Allemagne : Merkel se blesse en ski de fond et annule des rendez-vous

La chancelière allemande Angela Merkel s'est fêlée le bassin à la suite d'une chute en ski de fond pendant ses vacances de Noël en Suisse, ce qui l'a contrainte à annuler plusieurs rendez-vous internationaux, a annoncé lundi son porte-parole.

La nouvelle de cette chute, gênante mais sans gravité pour la chancelière, est survenue alors que l'ancien champion allemand de Formule 1, Michael Schumacher, était toujours entre la vie et la mort après un accident de ski alpin en France.

Mme Merkel, 59 ans, peut toujours se déplacer et assurer normalement la plupart de ses tâches. Mais elle devra conserver le plus souvent possible une position allongée, à son domicile, pendant les trois prochaines semaines, a expliqué son porte-parole Steffen Seibert, qui a créé la surprise en dévoilant l'accident lundi au cours d'une conférence de presse régulière du gouvernement.

"La chancelière ne va pas pouvoir honorer certains des rendez-vous annoncés cette semaine. Elle a subi un choc important lors d'une chute en ski de fond pendant les vacances de Noël et elle souffre d'une fêlure au bassin", a déclaré M. Seibert.

Le traitement de sa blessure "nécessite qu'elle reste le plus longtemps possible allongée et qu'elle ait recours à une assistance pour marcher", a-t-il expliqué. Elle va donc "se concentrer sur un nombre réduit de rendez-vous à la chancellerie et à Berlin (et) accomplira le reste de son travail chez elle", a ajouté le porte-parole.

Mme Merkel "est tout à fait en mesure de travailler et de communiquer. Elle dirigera par exemple le conseil des ministres mercredi", a-t-il précisé, assurant que la gravité de la blessure ne nécessitait pas non plus "des bulletins de santé réguliers".

Victorieuse des élections législatives en septembre, Angela Merkel avait été réélue par les députés mi-décembre pour un troisième mandat de quatre ans à la tête de la première économie européenne.

Son gouvernement associant conservateurs et sociaux-démocrates a fait sa rentrée lundi, après une pause pour les congés de fin d'année. La chancelière doit tenter d'apaiser cette semaine des tensions apparues au sein de sa coalition sur la question des "immigrés pauvres" en provenance de Bulgarie et de Roumanie. Les conservateurs bavarois ont provoqué une polémique en réclamant un tour de vis contre les fraudeurs étrangers aux aides sociales.

M. Seibert ne s'est pas étendu sur les circonstances de l'accident de la chancelière survenu fin décembre dans les le sud de la Suisse, en Engadine (canton des Grisons), une région qui abrite des stations de sports d'hiver célèbres telles Saint-Moritz.

Il n'a pas précisé la date de l'accident, ni indiqué si d'autres personnes étaient impliquées.

Il a toutefois précisé qu'il avait "sans doute eu lieu à vitesse réduite". Cette phrase a provoqué des rires gênés parmi des journalistes présents, qui y ont vu une allusion involontaire au débat sur la vitesse de Michael Schumacher, au moment de son accident de ski.

La chancelière "a d'abord cru qu'il ne s'agissait que d'une contusion, même si la blessure était déjà très douloureuse, mais vendredi elle a appris de la bouche des médecins que c'était plus grave (...) et qu'il s'agissait d'une fêlure. Elle suit donc les conseils des médecins pour une guérison optimale", a souligné M. Seibert.

Il a annoncé que la visite de Mme Merkel prévue mercredi à Varsovie --où elle devait être reçue par le Premier ministre polonais, Donald Tusk-- était annulée, de même que la réception du nouveau Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, à Berlin jeudi.

La chancelière devait "téléphoner aux deux responsables dans la journée pour présenter ses excuses et trouver de nouvelles dates" pour ces visites, a indiqué M. Seibert.

Par ailleurs, le porte-parole a annoncé que Mme Merkel ne se rendrait pas à Davos (Suisse) pour le Forum économique mondial, du 22 au 25 janvier, mais il a souligné que cette décision avait été prise avant l'accident et n'avait donc rien à voir avec sa blessure.

La chancelière allemande avait subi en 2011 une opération du genou gauche, à cause d'une lésion au ménisque interne, qui l'avait contrainte à marcher plusieurs jours avec des béquilles.

hap-aro/fjb/sym

PLUS:hp