NOUVELLES

Yémen: 23 morts en deux jours de combats dans le nord

05/01/2014 06:01 EST | Actualisé 07/03/2014 05:12 EST

Au moins 23 personnes ont été tuées en deux jours de combats dans le nord du Yémen entre rebelles chiites et combattants islamistes épaulés par des tribus, selon un bilan recueilli dimanche de différentes sources.

Les combats, sporadiques depuis des mois, se concentrent autour de l'école coranique de Dammaj tenue par des salafistes et assiégée par des combattants houthis, appartenant à une branche du chiisme.

Ils ont embrasé d'autres régions lorsque des tribus sunnites se sont jointes aux salafistes contre les houthis, accusés de bénéficier du soutien de l'Iran.

Au moins dix personnes des deux côtés ont été tués dimanche dans des combats de la province de Jouf entre les rebelles chiites et des hommes de la tribu des Daham, a indiqué à l'AFP une source tribale.

Samedi, sept personnes ont trouvé la mort à Harf Sufyan, dans la province de Amran, a indiqué une autre source tribale et deux ont péri dans des bombardements à Dammaj, selon un site internet salafiste.

Quatre autres personnes ont péri dans des combats samedi dans la province de Jouf, selon une troisième source tribale.

Les houthis ont pris le contrôle cette semaine des positions évacuées par des salafistes dans la région de Kitaf, au nord de la ville de Saada, ont indiqué des témoins, affirmant que les rebelles chiites avaient détruit l'école salafiste de Dammaj, appelée Dar al-Hadith, et une vingtaine d'habitations.

Les rebelles ont également exigé des gardes-frontières d'évacuer le poste de Bart al-Anan sur la frontière avec l'Arabie saoudite, a indiqué le commandant de cette force sur place, le colonel Qassem Thawaba.

L'officier a indiqué à l'AFP avoir refusé d'évacuer le poste et être dans l'attente des ordres de ses supérieurs à Sanaa.

D'autres escarmouches opposant des rebelles chiites à des hommes de tribus, soutenus par des combattants du parti islamiste sunnite d'Al-Islah, se déroulent à Arhab, à 30 km au nord de Sanaa.

Les rebelles chiites accusent les salafistes d'avoir transformé le centre de Dammaj en caserne abritant des milliers d'étrangers armés, allusion à l'école coranique qui forme des prédicateurs sunnites.

mou/ak/mh/faa

PLUS:hp