NOUVELLES

Transport du pétrole par train : un rapport est terminé

05/01/2014 06:35 EST | Actualisé 07/03/2014 05:12 EST

Un groupe de travail mandaté par les gouvernements de l'Alberta et de la Colombie-Britannique a remis son rapport sur la faisabilité du transport du pétrole par train.

Le groupe, dont les recommandations n'ont pas encore été rendues publiques, devait étudier la possibilité d'acheminer le pétrole extrait des sables bitumineux de l'Alberta par voie ferroviaire vers la côte de la Colombie-Britannique, en cas d'échec du projet de pipeline Northern Gateway.

« La voie ferroviaire peut être considérée comme étant une solution de remplacement viable aux pipelines, en ce qui a trait aux coûts de transport », indique les paramètres de l'étude. « Si les pipelines ne sont pas construits, les trains pourront transporter le bitume vers la côte ouest ».

Le groupe de travail, dont la création a été annoncée à l'été par les deux provinces, devait également faire des recommandations sur l'ouverture de nouveaux marchés énergétiques.

Il devait aussi se pencher sur les impacts économiques, sociaux et environnementaux du transport pétrolier par train, ainsi que sur les effets sur les communautés autochtones et sur la prévention des fuites de pétrole.

Le rapport devait être remis aux gouvernements à la fin décembre. Il a été impossible de savoir quand il sera rendu public.

Un revers pour les Britanno-Colombiens

Le groupe environnemental ForestEthics soutient que le transport du pétrole par train serait un échec pour les résidents de la Colombie-Britannique.

Son directeur de campagne, Ben West, croit que l'industrie tente de « passer par la porte d'en arrière » pour amener du pétrole à la côte sans qu'il y ait de consultations publiques.

Ben West estime aussi que le transport ferroviaire soulève des questions de sécurité, notamment à la lumière de deux importants récents accidents, celui de Lac-Mégantic en juillet et celui du Dakota du Nord le mois dernier.

PLUS:rc