NOUVELLES

Le parti au pouvoir domine des élections marquées par la violence au Bangladesh

05/01/2014 07:49 EST | Actualisé 07/03/2014 05:12 EST

DACCA, Bangladesh - Le parti de la Ligue Awami, détenteur du pouvoir au Bangladesh, a remporté 232 sièges lors d'élections nationales marquées par des actes de violence et d'un boycott de l'opposition pendant que la communauté internationale craignait que l'exercice ait été entaché d'importantes irrégularités.

La Commission électorale n'avait pas fourni de scores officiels, mais des résultats préliminaires acheminés aux responsables de la Commission montraient que le parti de la première ministre Sheikh Hasina l'avait emporté dans 105 des 147 circonscriptions où des scrutins étaient tenus dimanche.

Cette journée à par ailleurs été marquée par la mort de 18 personnes dans des gestes de violence liés aux élections.

Le refus de Mme Hasina d'accepter les demandes de l'opposition de démissionner et de désigner une administration intérimaire neutre pour superviser le déroulement du scrutin a mené au boycott, minant du même coup la légitimité des élections. Des militants de l'opposition ont orchestré des attaques, des grèves et des blocus routiers dans le cadre de manifestations qui ont fait au moins 293 morts depuis l'année dernière.

Le boycott de l'opposition signifie que 153 sièges n'ont fait l'objet d'aucune lutte, dont 127 seront octroyés à la Ligue Awami.

Le parti Jatiya, allié au gouvernement actuel de Mme Hasina, a récolté 32 sièges tandis que 13 candidats indépendants ont aussi été élus.

Ces résultats signifient que Mme Hasina n'aura aucune difficulté à former le gouvernement puisque seulement 151 sièges sont nécessaires pour détenir la majorité.

La participation au vote n'a été que d'environ 22 pour cent, en baisse par rapport à une participation de 87 pour cent lors des dernières élections. Selon des responsables, la violence et le boycott de l'opposition ont incité bon nombre d'électeurs à ne pas se présenter aux urnes.

Dimanche, la police du Bangladesh a tiré sur des manifestants et des partisans de l'opposition qui avaient pris d'assaut une centaine de bureaux de vote à travers le pays.

PLUS:pc