NOUVELLES

Gel et dégel : les pompiers de Québec sont débordés depuis le début de l'année

05/01/2014 09:21 EST | Actualisé 07/03/2014 05:12 EST

Les conditions météorologiques enregistrées ces jours-ci à Québec semblent avoir des répercussions directes sur le travail des pompiers, qui se disent débordés depuis le début de l'année, notamment en raison des épisodes de gel et de dégel.

Claude Jobin, chef de peloton au Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec, fait savoir que les interventions pour des fuites de gaz et des bris de conduite d'aqueduc se succèdent depuis quelques jours dans la région de Québec.

« Depuis le début de l'année, on a une recrudescence tant au niveau des dégâts d'eau qu'au niveau des incendies », constate-t-il. 

« Jusqu'à maintenant, on a 210 appels [...], mais habituellement, ça ne part pas aussi rapide que ça. Disons que cette année, ça part en lion », ajoute Claude Jobin.

Ce dernier attribue la recrudescence des interventions des pompiers aux conditions météorologiques extrêmes. « Que ce soit au niveau des grands froids ou des masses de neige, on a des températures assez changeantes [...] Quand le dégel survient, ben là surviennent aussi les dégâts d'eau. Donc, ça peut amener un flux d'appels important », dit M. Jobin.

Selon les pompiers de Québec, le gel pourrait d'ailleurs avoir provoqué le bris d'une conduite de gaz naturel samedi soir dans le secteur de Limoilou. Les pompiers de Québec ont été sollicités pendant plus de 8 h afin de colmater cette fuite.

Un peu après 17 h, quatre immeubles situés sur la 4e Avenue, entre la 12e et 13e Rue, ont dû être évacués le temps d'identifier la source de la fuite, ce qui a été fait vers 1 h 15 dans la nuit de samedi à dimanche.

PLUS:rc