NOUVELLES

Un froid historique s'abattra sur les États-Unis à partir de dimanche

04/01/2014 03:43 EST | Actualisé 06/03/2014 05:12 EST

SIOUX FALLS, États-Unis - Cela fait des décennies que certaines régions du Midwest américain n'ont pas vécu une vague de froid semblable à celle qui doit s'abattre dimanche, avec des températures si froides qu'elles laissent planer la menace d'engelures et d'hypothermie, dans une région où s'emmitoufler est pourtant une seconde nature.

Ce «vortex polaire», comme le décrit l'un des météorologues consultés, est provoqué par une rotation dans le sens antihoraire d'une zone d'air froid et dense. Cette masse d'air glacial, qui s'est formée au pôle Nord, sera poussé vers les États-Unis et pourrait se rendre aussi loin que le golfe du Mexique.

Selon Ryan Maue, un météorologue de l'organisme Weather Bell, des records seront vraisemblablement battus pendant cette courte période de grand froid, lors de laquelle se mélangeront un courant-jet, des températures froides et un vortex polaire. L'épisode de froid débutera dimanche et se prolongera jusqu'au début de la semaine.

Avant cette plongée polaire, la journée de samedi marquait le moment de l'année où la Terre se trouvait au plus près du Soleil, soit à 147,1 millions de kilomètres.

Cela n'affecte cependant pas du tout les températures sur la planète, et les prévisions météorologiques, combinées au facteur vent, font craindre des engelures et des cas d'hypothermie dans le Midwest, alors que le mercure pourrait atteindre 56 degrés Celsius sous zéro.

Sous -31,5 degrés Celsius, le froid peut causer d'importants problèmes, selon Scott Truett, du service météorologique fédéral des États-Unis.

Le front froid se déplacera aussi dans certaines régions du nord-est de la Nouvelle-Angleterre, où les résidents viennent à peine d'enlever la neige reçue lors d'une récente tempête.

Certains États tentent de se préparer en vue de la vague de froid. Le Minnesota a suspendu les classes lundi dans l'ensemble de ses écoles, une première en 17 ans.

Même si ce front froid ne durera que quelques jours, il entraînera sans doute le gel des Grands Lacs et d'autres plans d'eau, ce qui signifie que les températures glaciales ne disparaîtront pas du reste de l'hiver, avance M. Maue. Il a également souligné qu'il est relativement rare qu'une si grande partie des États-Unis soit plongée dans le froid, un phénomène qui ne survient qu'une fois par décennie, voire une fois en plusieurs décennies.

PLUS:pc