NOUVELLES

Incendie majeur dans Hochelaga-Maisonneuve: 250 pompiers sont intervenus

04/01/2014 09:45 EST | Actualisé 06/03/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Un incendie majeur nécessitant une alerte générale s'est déclaré dans un bâtiment ancestral du quartier montréalais de Hochelaga-Maisonneuve, en fin de soirée, vendredi.

Le feu a éclaté au 4052 Sainte-Catherine est, à proximité de l'intersection du boulevard Pie-IX.

Le chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Montréal, Benoît Brouillard, rapporte avoir eu recours à 250 pompiers au cours de la nuit, alors qu'au plus fort de l'incendie, environ de 150 pompiers étaient sur place.

Une rotation du personnel a été nécessaire, notamment en raison du froid, qui causait également des ennuis lors de l'utilisation de certains équipements comme les tuyaux et les appareils respiratoires.

Vers 9 h samedi matin, l'intervention tirait à sa fin, et il ne restait quelques petits foyers actifs.

Par ailleurs, M. Brouillard a indiqué que bien qu'il soit lourdement affecté par l'incendie, l'édifice n'est pas une perte totale. Les flammes n'ont pas atteint les deux bâtiments voisins, qui ont tout de même été endommagés au cours de l'intervention.

L'appel initial aux pompiers a été logé à 21 h 06 et à leur arrivée, les sapeurs ont constaté qu'une épaisse fumée s'échappait du toit du bâtiment fait de bois et de briques.

Une dizaine de logements et des commerces auraient été touchés par l'incendie.

À 22 h, le porte-parole d'Urgences-santé, Stéphane Smith, ne rapportait aucun blessé. Des ambulanciers ont cependant été dépêchés sur les lieux pour venir en appui aux pompiers, qui ont dû lutter contre l'incendie dans un froid sibérien.

Des autobus de la Société de transport de Montréal ont été réquisitionnés pour permettre aux sapeurs de se réchauffer. Des autobus du Service de protection des incendies de la ville de Montréal ont aussi été dépêchés sur place, à l'intention des sinistrés.

Un embrasement généralisé de l'entre-toit a forcé l'évacuation de tous les pompiers qui s'affairaient à éteindre les flammes, en raison du risque accru d'effondrement du toit, à un certain moment donné de l'opération d'extinction.

Un «témoin important» a été interrogé par les policiers en lien avec l'incendie. Ce dernier affirmait avoir aperçu un individu suspect à l'arrière de l'immeuble avant le début de l'incendie. Une hypothèse qui s'avère cependant non-fondée, a fait savoir Olivier Delorme, porte-parole du Service de police de la ville de Montréal (SPVM).

Étant donné que la cause de l'incendie reste indéterminée et que la thèse de l'incendie suspect n'est pas écartée, les enquêteurs du SPVM ont hérité de l'enquête.

Un commerce à proximité du lieu de l'incendie a accueilli plusieurs des sinistrés. L'un des employés a indiqué qu'une quinzaine de personnes se trouvaient donc au chaud, malgré les événements.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, est allé à la rencontre des sinistrés vendredi soir. Il a salué sur son compte Twitter le travail des pompiers et des bénévoles de la Croix-Rouge.

PLUS:pc