NOUVELLES

Ibrahima Sylla, pilier de la production musicale africaine, inhumé au Sénégal

04/01/2014 05:15 EST | Actualisé 06/03/2014 05:12 EST

Le Sénégalais Ibrahima Sylla, fondateur du célèbre label Syllart et un des piliers de la production musicale africaine décédé en début de semaine à Paris, a été inhumé samedi à Dakar, a affirmé à l'AFP l'artiste sénégalais Lord Alajiman.

"L'inhumation a eu lieu au cimetière musulman de Yoff", après des obsèques organisées dans la demeure familiale au Plateau, a indiqué Lord Alajiman, ex-membre du groupe de rap Daara-J et administrateur de société.

Selon lui, les obsèques ont rassemblé de nombreux artistes dont beaucoup ont été produits ou repérés par Ibrahima Sylla, incluant le chanteur-musicien Ismaël Lô, ainsi que des amis ou proches venus de plusieurs pays.

"C'est une grande perte pour le continent. Ibrahima Sylla a été le meilleur producteur de musique africaine durant les 30 dernières années", a estimé Lord Alajiman, de son vrai nom El Hadj Mansour Jacques Sagna.

Fils d'un dignitaire musulman sénégalais, Ibrahima Sory Sylla est décédé le 30 décembre à Paris "dans sa 59e année", indique sur sa page de réseau social Syllart, label "de musiques africaines et afro-latines" qu'il a créé en 1978.

Il a vécu dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre avant de s'établir en France. Il était malade, mais la nature de son mal n'a pas été précisée. Sa dépouille mortelle est arrivée à Dakar vendredi soir.

"Découvreur aguerri, mélomane averti et passeur inlassable, Ibrahima était un passionné de musiques cubaines et un connaisseur encyclopédique des musiques d'Afrique. En l'espace de trois décennies, il s'est affirmé comme l'un des plus grands producteurs de musique africaine via son label", écrit encore de lui Syllart.

"Malgré la maladie, Ibrahima Sylla avait tenu à produire lui-même le dernier album du groupe Africando, +Viva Africando!+, paru en novembre 2013. Parmi ses innombrables productions, ce disque fait figure de testament musical. Il a accompli sa mission et transmis à sa famille le soin de faire toujours rayonner la musique africaine et sublimer son immense oeuvre", poursuit-il.

Ibrahima Sylla est "un des hommes-clés de la production musicale de l'Afrique francophone", selon le quotidien français Le Monde tandis que le journal français Libération considère qu'il "reste pour l'Afrique l'équivalent de Fania pour la salsa ou Motown pour la soul".

Parmi ceux qu'il a produits ou contribué à faire connaître, figurent Orchestra Baobab, Africando, Empire Bakuba, Youssou Ndour, Ismaël Lô, Baaba Maal, Ablaye Ndiaye Thiossane, Salif Keïta, Oumou Sangaré, Kassé Mady Diabaté, Boubacar Traoré dit Kar-Kar, Alpha Blondy, Koffi Olomidé ou encore Sam Mangwana.

cs/jeb

PLUS:hp