NOUVELLES

Un cyclone mortel secoue la Réunion

03/01/2014 07:39 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Au moins une personne a été tuée et seize autres ont été blessées, dont deux grièvement, pendant le passage du cyclone Bejisa sur la Réunion, dans l'océan Indien, annonce vendredi la préfecture de l'île, où le ministre de l'Outre-Mer, Victorin Lurel, est attendu.

L'alerte rouge a été levée vendredi matin alors que Bejisa a perdu de son intensité, étant rétrogradé au niveau de forte tempête tropicale par Météo France, et s'éloigne de la Réunion en direction du sud.

Les circonstances du décès d'une femme de 86 ans, dont le corps a été retrouvé à l'extérieur de son domicile, dans la localité de Piton-Saint-Leu, restent pour le moment indéfinies.

« Il semblerait que ce décès soit intervenu au cours de la nuit (...) Elle a dû sortir de son domicile dans des conditions qui, pour l'instant, ne sont pas connues », a déclaré le préfet, Jean-Luc Marx, lors d'un point de presse. Il n'a pas été en mesure de confirmer des informations sur un deuxième décès, également à Piton-Saint-Leu.

La plupart des blessés l'ont été à la suite d'imprudences, après être sortis de chez eux malgré l'alerte rouge.

La levée de l'alerte permet aux habitants de sortir et à l'activité économique de reprendre, mais de nombreux axes routiers sont impraticables.

Les conditions météorologiques restent mauvaises dans plusieurs régions et les autorités invitent la population à la plus grande prudence.

Les dégâts sont considérables sur le réseau électrique, sur la végétation et les cultures.

Vendredi matin, 170 000 foyers - soit près de la moitié de la population de l'île - étaient privés d'électricité, principalement dans les régions sud et ouest. « Le rétablissement risque d'être long et difficile », prévient Électricité de France.

Élans de solidarité 

Une centaine de membres de la Sécurité civile ont été mis à disposition du préfet par le ministère de l'Intérieur et arriveront progressivement sur l'île. Une première section était attendue dès vendredi matin, après la réouverture au trafic de l'aéroport international de Saint-Denis.

Quelque 40 % des abonnés réunionnais sont d'autre part privés d'eau courante.

La Réunion a toutefois échappé aux vents les plus violents situés autour de l'oeil du cyclone, qui est passé au plus près des côtes sud-ouest jeudi en fin d'après-midi.

Des rafales supérieures à 150 km/h ont été mesurées dans de nombreux secteurs, notamment sur les hauteurs de cette île montagneuse. Des précipitations très importantes se sont abattues en altitude - plus de 800 mm en 24 heures dans la région du piton de la Fournaise - et ont balayé les côtes.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a assuré sur Europe 1 que le gouvernement français viendrait en aide à ce département de l'océan Indien.

« Mon collègue Victorin Lurel (...) devrait se rendre dans les prochaines heures sur l'île de la Réunion (...) pour manifester la solidarité de la nation aux Réunionnais, mais aussi pour évaluer les dégâts », a-t-il dit. « Le gouvernement (...) assurera la solidarité avec la Réunion. »

Le député réunionnais Thierry Robert a souhaité sur la chaîne LCI que la solidarité nationale joue sans attendre. « Je vais écrire au président de la République pour demander de prendre des dispositions tout de suite pour nous aider au niveau matériel, au niveau des moyens humains mais aussi au niveau financier », a-t-il déclaré.

PLUS:rc